Du japonisme à l'Art nouveau : quelle transition?

par Angelique Saadoun

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Jean-Sébastien Cluzel.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (1992-.... ; Paris) , en partenariat avec Centre André Chastel (Paris) (laboratoire) depuis le 09-11-2018 .


  • Résumé

    A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le rejet du passéisme et de l'académisme, jugés responsables de l'enlisement de la création contemporaine, vont conduire les artistes à chercher de nouvelles sources d’inspiration au-delà de l’Europe. De cette curiosité pour les territoires encore inexplorés naîtra au début des années 1860 le japonisme, courant qui s’épanouit jusque dans les années 1890 avant d’entamer sa période de déclin. Au même moment, l’Exposition universelle de 1889 voit la participation de plusieurs jeunes artistes dont les œuvres se posent en rupture avec l’éclectisme alors dominant, donnant bientôt lieu à un vaste mouvement international : l’Art nouveau. A travers cette étude, il s’agira de questionner les filiations esthétiques et théoriques qui unissent ces deux courants qui se succèdent, et de restituer cette connexion en s’interrogeant sur la notion de « transition », tant d’un point de vue chronologique et stylistique.


  • Pas de résumé disponible.