Marthe Richard. Représentations d'une figure féminine de la société française du XXème siècle (1889-1982).

par Christophe Betenfeld

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Christophe Lastecoueres.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Centre d'études des mondes modernes et contemporains (equipe de recherche) depuis le 06-11-2018 .


  • Résumé

    Le 6 septembre 1946, les Etats-Unis honorent les services rendus par la citoyenne Marthe Richard (1889-1982) à la nation américaine. Elle reçoit le grade cinq de la médaille de la liberté et un certificat de remerciements signé par le général Eisenhower pour avoir caché des parachutistes alliés chez elle à plusieurs reprises durant l’Occupation. Cette distinction s’ajoute à la légion d’honneur reçue des mains du président Herriot en 1933 pour services rendus à la France. Marthe Richard est au sommet de sa gloire. « Représentation » se définit par « l’action de rendre sensible quelque chose au moyen d’une figure, d’un symbole, d’un signe ». 1913-1946 est indéniablement la période charnière dans la vie de Marthe Richard. Aviatrice, puis espionne engagée mais anonyme aux yeux du monde, son personnage se mue en héroïne de cinéma mythifiée, puis en femme politique engagée dans son siècle à faire progresser la condition sociale des femmes les plus modestes. Comment ce processus de transformation s’est-il opéré ? Quelle est la place de Marthe Richer, l’espionne, de Marthe Richard, l’héroïne, ou des deux au sein de « la communauté imaginée française » de la première moitié du vingtième siècle ? Dans un premier temps, l’interprétation du parcours de Marthe Richard, de sa jeunesse à la fin de la première guerre mondiale, permet d’analyser la femme d’action qui s’extirpe de sa très modeste condition sociale et de se prémunir des récits légendaires postérieurs qui entourent le personnage. Ensuite, le processus de fabrication de l’héroïne par le commandant Ladoux en 1932 aboutit à sa reconnaissance. Le traitement médiatique réservé à Marthe Richard pose la question de la première peopolisation d’une héroïne française. Enfin, l’entreprise de démystification amorcée à partir de l’abolition des maisons-closes entraîne une lente érosion du personnage de Marthe Richard, tout en lui conférant une certaine célébrité.

  • Titre traduit

    Marthe Richard. Representations of a feminine figure of French society in the 20th century (1889-1982)


  • Résumé

    On September 6th 1946, the United States of America honoured the French citizen Marthe Richard (1889-1982) for the services she rendered to the nation. She was awarded the fifth grade of the Medal of Liberty as well as a Certificate of Appreciation signed by General Eisenhower for having hidden allied parachutists, on different occasions, at her home during the German occupation. This was yet another distinction that added up to the Legion of Honour that she had received from President Herriot himself in 1933 for her services to France. Marthe Richard was at the height of her glory. “Representation” is defined as follows “making something sensitive with a sign, picture, model”. The 1913 to 1946 years were undeniably a turning point in Marthe Richard’s life. First an airwoman, then a committed spy though completely anonymous in the eyes of the world, her character changed into a mythicized movie icon, then into a political activist committed to improve the social condition of women of low socio-economic status. How did this change take place? What place did Marthe Richer occupy as a spy or as the heroine Marthe Richard or both within the “imagined French community” of the first half of the 20th century? As a first step, the interpretation of Marthe Richard’s path, from her youth to the end of the first world war, allows us to analyse the woman of action who worked her own way out of her modest condition while putting aside the subsequent legendary tales which surround her character. Later on, the creation of the heroine by Commander Ladoux in 1932 results in her recognition. The media coverage of Marthe Richard raises questions about the idea that Marthe Richard was the first French heroine to be made a “celebrity”. Finally, after the abolition of the brothels and the demystification campaign of Marthe Richard that followed it, her character slowly fell into desuetude.