Phénoménologie de l'histoire selon Maurice Merleau-Ponty

par Jan Lockenbauer

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Inga RÖmer et de Alexander Schnell.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Université de Wuppertal , dans le cadre de École doctorale de philosophie (Lyon) , en partenariat avec Philosophie, Pratiques, Langages (laboratoire) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Ma thèse porte sur la phénoménologie de l'histoire développée par Maurice Merleu-Ponty sur la base de sa lecture de l'œuvre d'Edmund Husserl. Il s'agit d'une nouvelle approche de l'histoire qui se situe au-delà de la différence entre sujet et objet ainsi que de celle entre nécessité et contingence. Merleau-Ponty refuse la pensée philosophique de l'histoire qui désigne celle-ci soit comme un processus alimenté par la volonté individuelle du sujet, soit comme un développement repérable dans les faits objectifs. A l'encontre de ces approches traditionnelles il avance l'idée selon laquelle le mouvement de l'histoire est animé par un enchevêtrement dynamique d'un devenir individuel et d'un devenir commun. C'est ainsi que ma recherche présente Merleau-Ponty non comme un penseur du corps ou de la chair, mais comme un penseur de l'histoire qui réussit à mener à bien un projet initialement esquissé par Husserl.

  • Titre traduit

    Phenomenology of history according to Maurice Merleau-Ponty


  • Résumé

    In my thesis, I examine the phenomenology of history developed by Merleau-Ponty on the basis of his reading of Edmund Husserl. It is a new approach to history that overcomes the difference between subject and object and between necessity and contingency. Merleau-Ponty refuses the philosophical understanding of history which designates it either as a process propelled by the subject's individual will or as a development recognizable in objective facts. In contrast to these traditional approaches he puts forward the idea that the movement of history is animated by a dynamic entanglement of an individual and a common becomings. My research presents Merleau-Ponty not as a thinker of the body or the flesh, but as a thinker of the history who succeeds in carrying out a project initially sketched by Husserl.