Comptabilisation et audit des actifs incorporels. Cas du goodwill

par Amal Hsissou

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Pascal Alphonse.

Thèses en préparation à Lille , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    L’objet de cette thèse est d’évaluer l’impact des complexités introduites par le traitement comptable du goodwill sur le comportement des préparateurs comptables et des auditeurs. Plus spécifiquement, la mesure du goodwill introduisant nombre de dimensions organisationnelles, projectives et discrétionnaires (associées notamment au mécanisme de test de dépréciation), nous souhaitons mieux connaître la façon dont les préparateurs de comptes et les auditeurs appréhendent ces dimensions. De nombreuses questions peuvent à cet égard être posées. Nous en retenons trois qui constituent les axes de réflexion de notre travail doctoral, et de fait, les matrices des trois essais de notre thèse. La première question s’interroge sur l’opportunisme des dépréciations de goodwill. Plus précisément, nous nous demandons dans quelles mesures les dépréciations de goodwill peuvent être vues comme des manifestations de la gestion de résultat de la part de l’entité. La seconde question explore plus en amont la mobilisation de la latitude du préparateur des comptes face à l’affectation du goodwill aux UGT et face aux tests de dépréciation. Nous souhaitons nous pencher sur les modalités de réalisation de ces tests, « conduisant », ou non, à une dépréciation. La troisième question déplace le regard du côté des auditeurs. On s’interroge sur la présence et la place des biais cognitifs des auditeurs concernant le jugement et l’opinion qu’ils émettent à l’endroit des tests de dépréciation.


  • Pas de résumé disponible.