Expositions médicamenteuses et risque de cancers cutanés dans la cohorte E3N

par Marie Al Rahmoun

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Marina Kvaskoff et de Agnès Fournier.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations Equipe 5 (laboratoire) , Générations et santé (Mode de vie, gènes et santé : épidémiologie intégrée trans-générationnelle) (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Les cancers cutanés sont les néoplasmes les plus fréquents en France et leur incidence est en constante augmentation. L'exposition solaire est actuellement le seul facteur de risque pour lequel une prévention est possible. Plusieurs études ont suggéré que l'exposition à certains médicaments était associée au risque de cancers cutanés, soit en augmentant ce risque, via un effet photo-sensibilisant par exemple, soit en le diminuant, via un effet anti-inflammatoire par exemple. Cependant, les études pharmaco-épidémiologiques évaluant le lien entre médicaments et risque de cancers cutanés restent relativement peu nombreuses, avec des résultats souvent contradictoires. En outre, très peu ont inclus des données sur l'exposition solaire ou le phénotype pigmentaire des participants, qui sont pourtant des facteurs de risque importants et sont essentiels pour évaluer un éventuel rôle du caractère photo-sensibilisant des médicaments étudiés. Enfin, peu d'études ont évalué le risque en fonction de la dose ou de la durée des traitements. L'objectif de ce projet de thèse est d'étudier les relations entre l'exposition à différents médicaments largement utilisés en France et le risque de cancers cutanés dans E3N, une étude de cohorte prospective incluant 98 995 femmes affiliées à la Mutuelle Générale de l'Education Nationale (MGEN) nées entre 1925 et 1950, avec des informations sur leur phénotype pigmentaire et l'exposition solaire. Ses objectifs spécifiques portent sur la prise de 1) statines, 2) anti-inflammatoires non stéroïdiens, 3) antihypertenseurs, et 4) autres molécules fréquemment prescrites, dont l'utilisation par les femmes de la cohorte est connue précisément grâce à des données exhaustives de remboursements de soins fournies par la MGEN. Les résultats de ce projet permettront d'enrichir nos connaissances sur les facteurs de risque de cancers cutanés et pourront contribuer à la mise à jour des recommandations pour leur prévention et à l'évaluation de l'équilibre bénéfices/risques des traitements étudiés.

  • Titre traduit

    Exposure to drugs and skin cancer risk in the E3N prospective cohort


  • Résumé

    Skin cancers are the most common neoplasms in France and their incidence is constantly increasing. Solar exposure is currently the only risk factor for which prevention is possible. Several studies have suggested that exposure to certain drugs is associated with the risk of skin cancer, either by increasing this risk, for example through a photosensitizing effect, or by decreasing it, e.g. via an anti-inflammatory effect. However, pharmaco-epidemiological studies evaluating the relation between drugs and the risk of skin cancers remain relatively few, with often contradictory results. In addition, very few included data on the participants' exposure to the sun or their pigmentary phenotype, which are important risk factors and are essential for assessing the possible role of the photosensitizing nature of the drugs under study. Finally, few studies have evaluated risk based on dose or duration of treatments. The aim of this doctoral project is to study the relationships between exposure to different drugs widely used in France and the risk of skin cancer in E3N, a prospective cohort study including 98,995 women insured by the national health plan covering teachers and coworkers (MGEN), born between 1925 and 1950, with information on their pigmentary phenotype and sun exposure. Its specific objectives are to study the use of 1) statins, 2) nonsteroidal anti-inflammatory drugs, 3) antihypertensive drugs, and 4) other frequently prescribed drugs, for which women's use is known precisely through comprehensive care reimbursement data provided by the MGEN. The results of this project will enhance our knowledge of skin cancer risk factors and may contribute to update prevention recommendations for these cancers as well as complete the assessment of the benefit/risk ratio of the studied drugs.