Etude du work design dans l'industrie 4.0

par Léa Freour

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Adalgisa Battistelli et de Sabine Pohl.

Thèses en préparation à Bordeaux en cotutelle avec l'Université libre de Bruxelles , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Laboratoire de psychologie (Bordeaux) (laboratoire) depuis le 22-10-2018 .


  • Résumé

    Les technologies digitales (e.g., l'intelligence artificielle, la maintenance prédictive) ont amené la 4ème Révolution Industrielle. Dans les entreprises, cette révolution s'est manifestée sous le terme "industrie 4.0". Ces technologies digitales entraînent d'énormes changements dans le milieu du travail. Elles modifient la façon dont les choses se font dans les organisations. Les tâches précédemment effectuées par l'homme pourraient être exécutées par ces technologies. Par exemple, la télésurveillance et le feedback à distance pourraient faire partie du contenu du travail du manager. Ces possibilités pourraient réduire la présence du manager sur le terrain. Certains auteurs émettent aussi l'hypothèse que le rôle des opérateurs humains pourrait passer d'exécuteurs à contrôleurs. Ainsi, le contenu et la structure des emplois pourraient être remodelés et le contenu des emplois qui donne du sens aux individus pourrait être supprimé. Toutes ces modifications peuvent être saisies par le concept de work design (organisation du travail) qui décrit la perception qu'a l'employé de ses caractéristiques de travail. L'objectif de cette étude est d'examiner comment les technologies digitales modifient la perception que les employés ont de leur travail. L'objectif de notre étude est donc de réviser le modèle de work design en intégrant les changements induits par ces technologies. En appliquant la perspective d'agentivité de Bandura et le modèle de la proactivité, nous supposons que l'individu ne se contente pas de réagir à ces changements mais qu'il peut jouer un rôle actif pour les façonner. Nous voulons comprendre comment les gens peuvent influencer leur environnement de travail. Notre deuxième objectif est d'explorer l'influence ascendante que les employés peuvent exercer sur leur work design.

  • Titre traduit

    A study of work design in industry 4.0


  • Résumé

    Digital technologies (e.g., artificial intelligence, predictive maintenance) have raised the 4th Industrial Revolution. In companies, this revolution has been manifested through the term “industry 4.0”. These digital technologies bring tremendous changes in the workplace. They modify the way things are done in the organizations. Tasks previously done by humans could then be executed by these technologies. For instance, remote monitoring and distant feedback could be part of the manager's job content. These possibilities might reduce the manager's presence in the front-line. Some authors hypothesize that the role of human operators might shift from executors to controllers. Thus, the content and the structure of jobs might be reshaped and the job content that brings meaning to people can be dismissed. These overall modifications can be captured by the concept of work design which describes the employee's perception of their work characteristics. The aim of this study is to examine how digital technologies modify the employees' perceptions of their work. The objective is then to revise the work design model by integrating the changes induced by these technologies. Applying the agency perspective of Bandura and the model of proactivity, we assume that the individual does not merely react to these changes but can play an active role to frame them. We are interested in understanding how people can influence their work environment. Our second aim is then to explore the upward influence employees can exert on their work design.