Adaptation et développement d'un modèle écophysiologique, mécaniste, sur une large gamme de densités afin d'aider à l'adaptation de la gestion sylvicole aux changements climatiques

par Maxime Briere

Projet de thèse en Biologie

Sous la direction de Eric Dufrêne, Christophe François et de François Lebourgeois.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Sciences du Végétal : du gène à l'écosystème , en partenariat avec ESE Écologie, Systématique et Évolution (laboratoire) , Ecophysiologie Végétale (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2018 .


  • Résumé

    Dans un contexte climatique et économique non stationnaire, la gestion durable des ressources forestières apparait comme un enjeu majeur. L'état du développement des modèles à base écophysiologique couplés avec des modèles à base dendrométrique permet d'envisager leur utilisation pour mieux comprendre et prédire les interactions climat-gestion. Dans ce projet, il s'agit d'évaluer l'aptitude d'un tel modèle (i) à simuler la croissance dans des réseaux sylvicoles expérimentant des larges gradients de densité (croissance libre à autoéclaircie), (ii) d'utiliser le modèle pour définir / identifier des itinéraires sylvicoles susceptibles d'améliorer le compromis croissance-résistance/résilience dans le but d'assurer une production soutenable du bois en forêt, (iii) d'utiliser le modèle comme outil de prédiction de la production de biomasse dans le cadre du changement climatique (scénarios climatiques couplés avec des scénarios de gestion). On traitera dans cette thèse principalement du cas du Chêne sessile, une ouverture étant proposée sur le Douglas.

  • Titre traduit

    Adaptation and development of an ecophysiological, mechanistic model over a wide range of densities to help adapt silvicultural management to climate change


  • Résumé

    In a non-stationary climatic and economic context, the sustainable management of forest resources appears to be a major issue. The state of development of ecophysiological-based models coupled with dendrometric-based models allows to consider their use to better understand and predict climate-management interactions. In this project, the aim is to evaluate the ability of such a model (i) to simulate growth in silvicultural networks experimenting with large density gradients (free to self-thinning growth), (ii) to use the model to define / identify forestry practices that can improve the growth-resistance / resilience tradeoff in order to ensure sustainable timber production in the forest, (iii) use the model as a predictor of biomass production in the context of climate change (climate scenarios coupled with management scenarios). This thesis deals mainly with the case of Sessile Oak, an opening being proposed on the Douglas fir.