Le changement de point de vue corporel comme ressource en éducation.Exemple de la résolution de problèmes mathématiques à l'école élémentaire.

par Claude Lassalzede

Projet de thèse en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Alain Mouchet.


  • Résumé

    Le corps reste malheureusement encore le grand oublié des moyens d'apprendre. Il est trop souvent confiné par l'école à la seule place assise contrainte alors qu'il pourrait être une ressource pour l'élève. En effet, le corps est relégué depuis Descartes à une position de simple intermédiaire entre la conscience et le monde : fenêtre sur l'environnement et effectuateur des commandes cérébrales. Or, depuis Varela (1993) et Damasio (1995, 2010, 2002), nous savons que l'organisme tout entier participe de la cognition, dans toutes ses dimensions, sensorielle et motrice, émotionnelle et phénoménologique. Au croisement des flux historiques et spatiaux (Lamboy, 2003 ; Rogers et al., 2017), le corps produit la situation lorsqu'il expériencie le monde. Dans le contexte général de la lutte contre l'échec scolaire à l'école élémentaire et au collège, et dans le cadre particulier de la résolution de problèmes mathématiques, nous expérimentons un dispositif pédagogique basé sur le déplacement corporel de l'élève, corps entier. Cet atelier corporel propose à l'élève de changer son point de vue corporel sur les éléments matérialisés d'un énoncé mathématique afin de modifier sa perception et d'en améliorer sa compréhension et sa résolution. Grâce à une resémiotisation de l'énoncé (Bruner, 2015) et un déplacement corporel (Dilts, 2006), non seulement l'élève modifie sa perception de la situation décrite, mais encore il expériencie une nouvelle situation qu'il intègre et combine à ses expériences antérieures. Il pourra finalement en produire une représentation enrichie qu'il verbalisera et utilisera ainsi comme ressource. Il n'y a donc aucune surprise à constater que l'élève comprend l'énoncé différemment qu'avec le seul recours au texte, que les logiques narrative, temporelle et résolutive se dénouent et laissent à l'élève une occasion renouvelée de donner du sens à l'énoncé. Nous présenterons le dispositif pédagogique ainsi que les résultats les plus significatifs. Ceux-ci sont obtenus par observation directe visuelle ainsi que par entretien d'explicitation (Vermersch, 2008). Tous les moments de travail de l'élève autour de la résolution de problème sont enregistrés et transcrits (audio- et vidéographies). Les transformations occasionnées chez l'élève se répartissent selon trois domaines : les procédures résolutives, l'investissement cuturel et la réflexivité. Cette étude montre in fine que le corps, loin d'être une simple interface entre un cerveau omniscient et un monde prédonné à représenter (Versace et al., 2018), participe de la production des situations et de l'élaboration des connaissances.

  • Titre traduit

    The change of body viewpoint as a resource in education.Example of mathematical problem solving in elementary school.


  • Résumé

    Unfortunately, the body is still the forgotten part of the learning process. It is too often confined by the school to the only place of constraint whereas it could be a resource for the student. Indeed, since Descartes, the body has been relegated to the position of a simple intermediary between consciousness and the world: a window on the environment and a performer of cerebral commands. However, since Varela (1993) and Damasio (1995, 2010, 2002), we know that the entire organism participates in cognition, in all its dimensions, sensory and motor, emotional and phenomenological. At the intersection of historical and spatial flows (Lamboy, 2003; Rogers et al., 2017), the body produces the situation as it experiences the world. In the general context of the fight against academic failure in elementary and middle school, and in the particular framework of mathematical problem solving, we are experimenting with a pedagogical device based on the student's bodily displacement, whole body. This corporal workshop proposes to the student to change his corporal point of view on the materialized elements of a mathematical statement in order to modify his perception and to improve his comprehension and his resolution. Through a re-semiotization of the statement (Bruner, 2015) and a bodily displacement (Dilts, 2006), the student not only modifies his perception of the situation described, but also experiences a new situation that he integrates and combines with his previous experiences. He will finally be able to produce an enriched representation that he will verbalize and thus use as a resource. It is therefore not surprising to note that the student understands the statement differently than with the sole use of the text, that the narrative, temporal and resolutive logics are unraveled and give the student a renewed opportunity to make sense of the statement. We will present the pedagogical device as well as the most significant results. These are obtained by direct visual observation and by explanatory interview (Vermersch, 2008). All the moments of the student's work around the problem solving are recorded and transcribed (audio and video). The transformations caused in the student are divided into three areas: the solving procedures, the cultural investment and the reflexivity. This study shows in fine that the body, far from being a simple interface between an omniscient brain and a world predestined to be represented (Versace et al., 2018), participates in the production of situations and the elaboration of knowledge.