Impact de la pollution à l'ozone, dans le contexte du changement climatique, sur la communication chimique plante-pollinisateur

par Candice Dubuisson

Projet de thèse en Ecologie et Biodiversité

Sous la direction de Martine Hossaert-McKey et de Magali Proffit.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau (Montpellier ; École Doctorale ; 2015-...) , en partenariat avec CEFE - Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (laboratoire) depuis le 09-10-2018 .


  • Résumé

    Les activités anthropiques représentent une menace reconnue pour la pollinisation, fonction essentielle pour le maintien de la biodiversité, et pour le service écosystémique crucial rendu. La reconnaissance des odeurs florales, mélange de composés organiques volatils (COVs), par leurs pollinisateurs est une étape décisive de la pollinisation. Elle peut être directement affectée par une augmentation de la concentration de polluants atmosphériques tels que l'ozone ([O3]). L'objectif de ce projet est de comparer l'effet de la [O3] dans les conditions climatiques actuelles, et prédites dans le futur, dans deux types d'interactions plantes-pollinisateurs très contrastées au niveau de leur spécificité : l'interaction hautement spécialisée et obligatoire entre le figuier cultivé et sa guêpe pollinisatrice, et celle généraliste entre la lavande et l'abeille domestique. L'hypothèse testée dans ce projet est que [O3], par son fort potentiel oxydatif, affecte la communication chimique plantes-pollinisateurs à travers son impact : (i) sur l´émission des COVs libérés par la plante; (ii) sur leur transport dans l´atmosphère et (iii) sur leur détection par l´insecte. De plus, la température devrait : (i) affecter la phénologie des plantes ; (ii) exacerber l'effet de l'O3 sur l'émission des COVs par les plantes. Ces hypothèses seront testées par une approche interdisciplinaire alliant la chimie analytique, la chimie de l'atmosphère, l'écophysiologie végétale, l'écologie sensorielle et comportementale, et s'appuieront sur des connaissances ethnobotaniques.

  • Titre traduit

    Impact of ozone pollution, in the context of climate change, on plant-pollinator chemical communication


  • Résumé

    Human activities represent a major threat to pollination by insects which is a key component of biodiversity conservation and ecosystems services. Recognition of floral scents, blend of volatiles organic compounds (VOCs), by insect pollinators is a crucial step for pollination. However, it can be directly affected by elevated atmospheric pollutants concentration such as ozone ([O3]). The aim of this project is to compare the effect of [O3], in current and predicted climatic conditions, on two plant-pollinator interactions contrasted in terms of specificity: the highly specific interaction between the Mediterranean fig species and its fig wasp and the generalist interaction between the lavender and the honeybees. Our hypothesis is that [O3], because of its strong oxidative properties, affects each step involved in plant-insect chemical communication: (i) VOCs emission by plants (ii) VOCs transport in the atmosphere and (iii) VOCs detection by the insects. In addition, temperature should (i) affect plant phenology (ii) emphasized O3 effect on the VOCs emission by plants. These hypotheses will be tested using an interdisciplinary approach by combining analytical chemistry, atmospheric chemistry, plant ecophysiology, sensorial and behavioral ecology and will be based on ethnobotanical insights.