Les figures de la transe dans les créations et recréations chorégraphiques et musicales des ballets du XIXe siècle

par Maëlle Rousselot

Projet de thèse en Théâtre et Arts de la Scène

Sous la direction de Laurence Le diagon-jacquin et de Aurore Despres.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de LECLA - Lettres, Communication, Langues, Arts , en partenariat avec ELLIADD - Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours (laboratoire) et de Arts et littérature (equipe de recherche) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Les ballets XIXe siècles et leurs créations et recréations du XXe et XXIe siècles sont considérées comme des oeuvres fixes et dont la discipline, la danse classique, est rigide, ordonnée. En cherchant les figures de la transe dans ces ballets, le point de vue se déplace, le ballet tout comme la danse deviennent plus souples, plus inclins aux changements. Car la transe est protéiforme, elle n'est pas seulement mouvements désorganisés et perte de l'esprit, elle désigne le plus souvent des passages : de la vie vers la mort, de l'enfance à l'âge adulte, du monde réel vers le monde onirique… la transe peut être chamanique, de possession, médiumnique, extatique, mais elle peut être aussi hypnose, somnambulisme… Les divers états de transe sont traduits par des mouvements spécifiques et pluriels. Ce qui fait de la transe un outil intéressant et qu'elle se trouve, comme concept hybride au croisement du réel, de l'imaginaire et du symbolique, dans de nombreuses œuvres et est à chaque fois reprises d'une nouvelle manière dans les recréations et relectures, du XIXe siècle jusqu'à aujourd'hui. Elle interroge en même temps les sources d'un ballet, ses reprises et ses relectures, autant d'un point de vue chorégraphique que musical.

  • Titre traduit

    Figures of trance in the choreographic and musical créations and recreations of 19th century ballets


  • Résumé

    Nineteenth-century ballets and their creations and recreations of the twentieth and twenty-first centuries are considered as fixed works and whose discipline, classical dance, is rigid and orderly. By looking for the figures of trance in these ballets, the point of view moves, ballet as dance become more flexible, more inclined to change. Because the trance is protean, it is not only disorganized movements and loss of the mind, it refers most often to passages: from life to death, from childhood to adulthood, from the real world to the dream world ... the trance can be shamanic, possessive, mediumistic, ecstatic, but it can also be hypnosis, somnambulism ... The various states of trance are translated by specific and plural movements. What makes trance an interesting tool and that it is, as a hybrid concept at the crossroads of the real, the imaginary and the symbolic, in many works and is each time taken up in a new way in recreations and readings, from the nineteenth century to today. At the same time, it questions the sources of a ballet, its rehearsals and re-readings, from both a choreographic and musical point of view.