Altérité et marginalité dans les oeuvres de Jean-Marie Gustave Le Clézio et Amin Maalouf

par Yosr Benaissa (Bellamine)

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Arlette Bouloumié.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Cultures, Echanges (SCE) (Angers) depuis le 01-02-2006 .


  • Résumé

    Cette étude comparée s’intéresse à deux auteurs francophones, A. Maalouf et J.M.G Le Clézio, qui appartiennent à deux sphères géoculturelles éloignées l’une de l’autre et différentes et dont les œuvres n’ont jamais fait l’objet jusque-là d’une recherche comparatiste. La confrontation des textes porte sur deux thématiques d’actualité : l’altérité et la marginalité, et bénéficie de l’éclairage apporté par l’étude de la phonétique et le vécu des auteurs, eux-mêmes, marginaux à plusieurs égards. L’altérité se présente comme la cause de la situation marginale des personnages ; elle met en lumière leurs différences physiques, la vulnérabilité de leur situation sociale, leurs problèmes identitaires et leur relation particulière avec l’espace. D’un autre côté, c’est la confrontation du personnage avec l’autre (en tant qu’adjuvant ou opposant) et avec l’ailleurs (à travers la quêtes des origines et la réalisation d’un parcours initiatique) qui lui permet de dépasser sa marginalité et son mal-être. La poétique de l’altérité et de la marginalité étudiée dans ce travail trouve son accomplissement dans l’esthétique scripturale adoptée par les auteurs. Fondée sur l’éclatement, le dépassement des limites, l’hétérogénéité générique et l’oralité, l’écriture devient la traduction de la marginalité et de l’hybridité qui caractérisent les personnages. Deux auteurs, deux univers romanesques mais une idéologie et une sensibilité scripturale communes au service d’un même combat : favoriser l’interculturalisme et lutter contre toutes les formes de discrimination.


  • Pas de résumé disponible.