Cyberpsychologie, objectification et déshumanisation

par Lola Crone

Projet de thèse en Psychologie spécialité Psychologie du travail et des organisations

Sous la direction de Lionel Brunel et de Laurent Auzoult-chagnault.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement , en partenariat avec EPSYLON - Dynamique des capacités humaines et des conduites de santé (laboratoire) depuis le 01-09-2018 .


  • Résumé

    Le travail s'appuie de plus en plus sur l'utilisation des technologies de l'information et des communications. C'est le cas de la cyberpsychologie qui réfère aux pratiques psychologiques s'appuyant sur le cyber-espace (téléphone, visio-consultation, etc.). Dans ce domaine l'attention se porte le plus souvent sur les effets comparés de l'accompagnement selon qu'il s'effectue en interaction directe ou médiatisée (cyber-espace). Toutefois, on peut penser qu'il existe des risques à s'appuyer sur cette pratique. Elle pourrait conduire à percevoir les personnes comme manquant d'attributs humains comme la pensée, etc. (déshumanisation) et en référence exclusive à leur utilité/apparence (objectification) avec pour corollaire l'accentuation des risques psychosociaux. Ce projet vise à mettre en évidence ces risques mais aussi à expliciter les moyens de les éviter de façon à produire un référentiel de bonnes pratiques à l'usage des psychologues impliqués dans la cyberpsychologie.

  • Titre traduit

    Cyberpsychologie, objectification and dehumanization


  • Résumé

    Many professions are increasingly based on the use of information and communication technologies. This is the case of cyberpsychology, which refers to psychological practices based on cyberspace (for example : phone,video-consultation). In this context, attention is most often focused on the comparative effects of support depending on whether it is carried out through direct interaction or media coverage (cyberspace). However, it can be suggested that there are risks associated to this practice. It could lead to people being perceived as missing human attributes such as thought, etc. (dehumanization) and with exclusive reference to their usefulness/appearance (objectification), with the consequent accentuation of psychosocial risks as a corollary. This project aims to identify these risks but also to explain how to avoid them in order to produce a set of good practices for psychologists working in cyberpsychology.