Épigraphie des limites. La définition des limites dans l'Italie Romaine:la documentation épigraphique et les Gromatici Veteres

par Luca Veroni

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Gregori Gian luca et de Michel Tarpin.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Università di Roma - « La Sapienza » , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire Universitaire Histoire Culture(s) Italie Europe (laboratoire) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    Dans toutes les époques de sa longue histoire, la société romaine a adressé une attention toute particulière à la délimitation du territoire, de sorte que dans le cercle des dieux, une divinité est responsable de la protection des limites: Terminus, dont l'autorité ne plie pas à la volonté de Jupiter. Au moins depuis l'âge républicain, le monde romain a confié le problème de la définition de l'espace à l'épigraphie, laquelle le résout grâce à l'utilisation de pierres de forme variable, définis termini, dont un grand nombre nous est parvenu. Ce projet de thèse vise essentiellement à recueillir et rassembler toutes les inscriptions conservées– ou dont nous avons des informations – utilisées en Italie pendant l'ère républicaine et impériale définissant les différents genres des espaces. Nous avons donc l'intention de mener une étude minutieuse du matériel ainsi constitué, à la fois par rapport à lui-même, et par rapport au texte des Gromatici Veteres. Nous rechercherons des similitudes entre les préceptes du texte et le langage techinque propre à la gravure. Le matériel épigraphique sera assemblé selon une logique qui a pour objectif d'amener à y inclure les plus petits témoignages: à partir des pierres utilisées pour la détermination des limites entre les villes (fines civitatum) ou entre les villes et les agglomérations rurales de plus petite taille, comme les pagi et les vici (fines pagorum et vicorum). Nous atteindrons les termini utilisés dans l'aménagement urbain pour distinguer les différentes parties qui le composent, en tenant compte à la fois de ses dimensions publiques et privées.

  • Titre traduit

    Boundary epigraphy. The definition of boundaries in Roman Italy: the epigraphic documentation and the Gromatici Veteres


  • Résumé

    In all the eras of his long history, the Roman society has turned a particular attention to the delimitation of its territory, so much so that in the pantheon was even computed a divinity responsible for the protection of boundaries: Terminus, whose authority was able to resist even to Jupiter. At least since the Republican age, the Roman world has entrusted the task of defining space to epigraphy, which has provided to fulfill it through the use of stones of various forms, defined termini, in large numbers survived until modern day. The present doctoral project aims first of all to gather all the epigraphic documents preserved, or anyway known, that were employed in Italy during the Republican and imperial times to define the different kinds of space. Therefore we intend to carry out a careful study of the material constituted, both in relation to itself, and in comparison with the text of the Gromatici Veteres, in whose technical and preceptive language we will look for comparison with that engraved on stone. The epigraphic material will be assembled according to a logic that from the largest realities wants to proceed to include the smallest: starting from the stones used for the determination of the boundaries between cities (fines civitatum) or between cities and rural settlements of smaller size such as pagi and vici (fines pagorum et vicorum), we will reach the boundary markers used within the urban structure to distinguish the various parts of which this was composed, taking into account both its public and private dimensions.