Travail collaboratif dans l'industrie de remanufacturing. Dans une organisation agile, définir les conditions d'apprentissage pour développer des compétences de travail collectif avec le robot et les autres postes.

par Kevin Guelle

Projet de thèse en Psychologie du travail et ergonomie

Sous la direction de Sandrine Caroly et de Aurélie Landry.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire interuniversitaire de Psychologie/Personnalité, Cognition, Changement social (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Le système de production de remanufacturation (ou réusinage) produit de nouvelles situations de travail pour les travailleurs. Cette organisation exige une agilité humaine pour s'adapter et développer la collaboration Homme-Machine et la coopération entre les travailleurs. L'objectif de cette thèse est de définir de nouveaux rôles et compétences dont les travailleurs auront besoin dans un système industriel circulaire. Les enjeux sont de comprendre les conditions d'apprentissage des travailleurs de l'industrie du réusinage numérique. Dans les systèmes de production, les tâches sont souvent définies par des normes et les travailleurs développent la capacité de gérer différentes situations de travail. L'homme mobilise son expérience des situations de travail pour améliorer l'efficacité et préserver ses compétences professionnelles (Gaudart, Weill-Fassina, 2000). Dans un système agile, l'activité humaine est perturbée. Le travailleur est constamment dans une situation d'adaptation pour gérer les exigences techniques et temporelles des robots. Les tâches définissent l'interaction des postes de travail médiatisés par des outils numériques. L'organisation agile dépend de facteurs humains : connaissance des stratégies cognitives (p. ex., raisonnement, régulation opératoire, diagnostic, prise de décision) et des conditions physiques des tâches (p. ex., mouvement, dépendance de la machine, manipulation, perception visuelle). Le contexte du poste de travail facilite les conditions d'apprentissage ; par exemple, le poste de travail améliore le mouvement dans différentes dimensions de l'activité humaine (physiologique, sociale et psychologique) (Simonet, Caroly, Clot, 2008). Le défi d'intervenir dans les environnements de travail consiste à créer les conditions adéquates pour exprimer et examiner les ressources pouvant être utilisées pour développer des automatismes plus efficaces et plus respectueux de la santé. Pour ce faire, l'une des solutions pourrait consister à utiliser des outils tels que « la simulation des conditions de travail futures » pour concevoir un poste de travail adapté. Cette méthodologie facilite l'intervention pour la conception d'un processus de remanufacturation agile. L'approche constructive de l'ergonomie (Falzon, 2004) devrait produire des connaissances sur les ressources, dans ce contexte professionnel, qui développent les compétences nécessaires pour adapter diverses situations de travail aux flux de produits. En outre, l'organisation agile dépend de la coopération entre différents travailleurs. Pour obtenir qualité, efficacité et santé au travail, le travail collectif est essentiel (Caroly, 2010). L'organisation de production a un impact sur les étapes de maintenance, de nettoyage et de changement de série. La dépendance à l'organisation collective augmente la pression et les risques de malentendus et de dysfonctionnements. Toutefois, la coopération efficace repose sur des compétences collectives (Darses, Falzon, 2004) : synchronisation de l'Interaction Homme-Machine, assistance mutuelle en équipe pour échanger des informations sur le processus de décision. Le développement des compétences collectives dépend donc de la conception de l'organisation qui facilite la coopération de l'association travailleur-machine-équipe.

  • Titre traduit

    Defining the learning conditions of the workers in the digitalized remanufacturing industry


  • Résumé

    The remanufacturing productive system products new working situations for workers. This organization demands human agility to adapt and to develop Human-Machine collaboration and cooperation between workers. The aim of this thesis is to define new roles and competencies that workers will need in a circular industrial system. The stakes are to understand the learning conditions of workers in the digitalized remanufacturing industry. In production systems, tasks are often defined by standards and workers develop the capacity to manage different work situations. The human mobilizes their experience of work situations to improve the efficiency and preserve occupational skills (Gaudart, Weill-Fassina, 2000). In agile system, the human activity is disrupted. The worker is constantly in a situation of adaptation to manage technical and temporal requirements of robots. Tasks define the workstations interaction mediatized by numeric tools. The agile organization depends on human factors: knowledge of cognitive strategies (reasoning, operative regulation, diagnosis, decision-making) and physical conditions of tasks (movement, dependence of machine, handling, visual perception). The workstation context facilitates the learning conditions: for e.g. workstation improve the movement in different dimensions on human activity (physiological, social and psychological) (Simonet, Caroly, Clot, 2008). The challenge of carrying out interventions in working environments consists in creating the right conditions to express and examine the resources that can be used to develop more efficient and health-friendly automatisms. One way could be the use of tools like “simulation of future work conditions” to design workstation adapted. This methodology aids the intervention for designing agile remanufacturing process. The constructive approach in ergonomics (Falzon, 2004) is expected to produce knowledge about the resources in this occupational context that develop the skills to adapt various working situation along product flow. Furthermore, the agile organization depends on cooperation between different workers. To obtain quality, efficiency and occupational health, collective work is essential (Caroly, 2010). The production organization impacts the steps of equipment maintenance, cleaning and changes of series. The dependence in collective organization increases the pressure and the risks of misunderstanding and dysfunctions. But the efficient cooperation is founded on collective competencies (Darses, Falzon, 2004): synchronization of Human-Machines interaction, mutual aid in team to exchange data information about decision process. The development of collective competencies depends on organization design which facilitates the worker-machine-team cooperation.