Métamorphoses du conte de fées dans la littérature française contemporaine

par Simona Locic

Projet de thèse en Langue et Littérature Françaises

Sous la direction de Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval et de Marina Muresanu.

Thèses en préparation à Paris Est en cotutelle avec l'Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec LIS - Lettres Idées Savoirs (laboratoire) depuis le 02-10-2017 .


  • Résumé

    De nombreux écrivains manifestent au XXe et XXIe siècles un intérêt évident pour la réécriture du conte de fées, genre qui, après l'évolution du roman, se voit sous-estimé. Dans la littérature contemporaine, le conte de fées revient en force, bien que sous une autre forme, adapté à la réalité historique, aux vices, aux faiblesses et aux imperfections de l'être humain de nos jours, à la malice contemporaine, à l'homme assoiffé de justice, de bonté, de miraculeux, d'un monde perdu et sauvage. Le changement qui attire le plus l'attention est l'évolution vers un autre genre littéraire, cette transgression du narratif vers le dramatique qui semble devenir un trait spécifique du processus de réécriture. Dans notre thèse, nous nous proposons de faire une étude sur ce nomadisme du conte de fées à travers le temps et l'espace, en nous focalisant sur les dernières décennies du XXe siècle et sur le XXIe siècle et des auteurs qui ont manifesté leur intérêt pour la réécriture des textes de Charles Perrault et des Frères Grimm. Il s'agit notamment de Michel Tournier, de Joël Pommerat, en tant qu'auteur et metteur en scène, d'Amélie Nothomb et de Tahar Ben Jelloun. Pourquoi, comment et pour qui recrée-t-on ces contes qui semblent parfois dire la même chose mais toujours d'une manière complètement différente ? Les causes varient d'un texte à l'autre ; elles peuvent être soit d'une nature purement littéraire, soit politique, sociale ou culturelle. Si le conte traditionnel reste universel, atemporel et aspatial, l'auteur d'une certaine époque, y compris Charles Perrault, écrit pour le lecteur de son temps. Nous sommes les témoins d'une re-contextualisation complexe, voire nécessaire, du conte de fées. Par le truchement des réécritures, ce genre codé entre dans la modernité et il s'imprègne des couleurs du temps. Par métamorphoses du conte, nous comprenons toutes les transformations que le conte de fées subit de plusieurs points de vue : de la création et de la matrice créatrice, du point de vue de la réception et de l'adaptation au récepteur contemporain, du point de vue de la manière dont ces nouvelles œuvres sont marquées par le style d'un certain auteur qui met sur le texte l'empreinte de sa vision sur le monde et du point de vue de leur migration vers d'autres espaces et époques. Nous nous proposons de mettre l'accent sur l'analyse d'un phénomène littéraire et non pas sur l'œuvre d'un seul écrivain. En conséquence, s'impose le choix de plusieurs textes dont les auteurs manifestent des degrés différents de sensibilité et de force créatrice. La fugue du Petit Poucet (1979) et Barbedor (1980) de Michel Tournier, deux pièces de théâtre de Joël Pommerat, Le petit Chaperon rouge (2004) et Cendrillon (2011), les romans Barbe bleue (2012) et Riquet à la houppe (2016) d'Amélie Nothomb et le recueil Mes contes de Perrault (2014) de Tahar Ben Jelloun sont les principaux textes qui nous serviront de support pour nos recherches. Le corpus s'ouvrira aussi vers d'autres textes, notamment au recueil Les contes de Perrault revus par… (2005), qui résonne de façon profonde avec nos axes d'étude et diversifiera les exemples concrets pour appuyer nos recherches. Nous nous proposons d'organiser notre analyse en trois grandes parties qui peuvent évoluer. Une première partie s'attachera aux concepts théoriques à utiliser : le conte de fées, le merveilleux, la réécriture, l'intergénéricité, le spectacle théâtral, etc. Une deuxième partie de notre thèse se focalisera sur la migration du conte de fées vers le théâtre et visera les œuvres de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène. Une troisième partie se concentrera sur les métamorphoses du conte dans le périmètre narratif et visera la réécriture du conte notamment chez Michel Tournier, Amélie Nothomb, Tahar Ben Jelloun et d'autres écrivains. Nous suivrons plusieurs axes de recherche autour desquels l'analyse des textes pourrait s'organiser en sous-parties. Le bouleversement de la matrice propienne, la dissolution du merveilleux, le nouveau paratexte, le désenchantement de l'univers féérique à travers l'ironie et le comique, la nouvelle oralité et le spectacle du langage contemporain qui envahit le texte, la nouvelle organisation des valeurs morales que le nouveau conte de fée soutient, la réinvention de l'antagoniste et sa nouvelle relation avec le protagoniste, le nouvel incipit et la nouvelle fin, le syncrétisme entre le narratif et le dramatique visant l'hybridation du genre littéraire, le spectacle théâtral vu comme une mise en abyme du phénomène de réécriture, ce « conte de fées contemporain » qui se trouve à la frontière entre la littérature de jeunesse et le lecteur adulte sont seulement quelques axes de recherche que nous nous proposons de suivre. La problématique de la réécriture des contes de fées traditionnels et de leur re-création par le biais du spectacle théâtral sont les principaux axes d'action de ce phénomène des métamorphoses de ce genre du merveilleux. Il nous reste à illustrer les particularités de ces nouvelles œuvres littéraires qui transgressent les frontières du narratif pour fusionner avec le dramatique ou qui sont réinventés dans le roman ou le récit. Le phénomène implique des changements au niveau de la surface du texte, qui concernent les transformations concrètes et visiblement constatables, mais aussi touche les œuvres en profondeurs et produit un déplacement de perspective qui transpose le conflit explicit et extérieur vers le for intérieur des personnages. Par surcroît, ces métamorphoses impliquent aussi un nomadisme féerique vers d'autres époques et espace, direction de recherche qui est en lien direct avec le phénomène de réception et avec le lecteur de ces nouveaux textes qui s'inscrivent parfaitement dans la contemporanéité.

  • Titre traduit

    Metamorphosis of fairy tale in french contemporary literature


  • Résumé

    During the 20th and the 21st centuries, many writers have shown an important interest in rewriting the fairy tales, a genre that, after the novel's evolution, was underestimated. In contemporary literature, the fairy tale is reinvented, being adapted to the historical reality, the vices, the weaknesses and the imperfections of the human being of today, to the contemporary violence, to this new human being of our present who needs a new fantasy and miraculous world. The evolution towards another literary genre, this transgression from the narrative to the dramatic, seems to become a specific feature of the fairy tales rewriting process. In our thesis, our purpose is to study this nomadism of the fairy tale through time and space, focusing on the last decades of the 20th and the 21st centuries, and on some authors who have expressed their interest for rewriting texts of Charles Perrault, Brothers Grimm but also Carlo Collodi: Michel Tournier, Joël Pommerat, as author and director, Amélie Nothomb and Tahar Ben Jelloun. Why, how, and for who do we recreate these tales that sometimes seem to say the same thing, but always in a completely different way? The causes vary from text to text; they may be of a purely literary nature, or a political, social or cultural nature. If the traditional tale remains universal, timeless and spaceless, the author of a certain era, including Charles Perrault, writes for the reader of his time. We become the witnesses of a complex and even necessary re-contextualization of the fairy tale. By metamorphoses of the fairy tale, we understand all the fairy tale's transformations from several points of view: from creation and the creative matrix, from the point of view of reception and adaptation to the contemporary lector and public, from the point of view of the way in which these new texts are marked by the style of a certain author who puts on the text the imprint of his vision of the world, and from the point of view of their migration to other spaces and times.