Marguerite de Provence, recherches sur l'impact de l'héritage catalano-provençal dans le rôle et la perception d'une reine de France au XIIIe siècle

par Audrey MUNTER DUCHATEL

Projet de thèse en Histoire et archéologie des mondes anciens et médievaux

Sous la direction de Philippe Jansen.

Thèses en préparation à l'Université Côte d'Azur , dans le cadre de École doctorale Sociétés, humanités, arts et lettres (Nice ; 2016-....) depuis le 24-07-2018 .


  • Résumé

    Marguerite de Provence (1221- 1295) fut l’épouse du roi capétien, Louis IX, seul roi de France à avoir été canonisé. Fille aînée de Béatrice de Savoie et du comte de Provence Raimond Bérenger V, elle est aussi l’héritière d’une dynastie illustre de Catalogne et de Provence mais au regard du faible nombre de publications et de travaux sur sa personne, force est de constater qu’elle n’est pas considérée comme une des grandes figures féminines de la monarchie française. Ce sujet tend donc à s’insérer dans l’articulation privilégiée d’un thème en plein développement qu’est l’histoire des femmes et du genre mais il veut aussi s’inscrire dans les perspectives actuelles d’anthropologie médiévale sur les fonctions des grandes dynasties princières. A partir de la diversité des sources recensées (diplomatique, épistolaire, narrative et littéraire), trois axes de recherches se sont imposés. Le premier vise à retravailler la relation territoriale entre la Provence, terre d’Empire, le royaume de France et le comté de Savoie. En effet, les historiens ont abordé ces alliances essentiellement sous le prisme capétien or des éclairages nouveaux peuvent être apportés lorsqu‘on y incorpore l’influence catalano-provençale. Le deuxième axe est fondé sur les relations sororales qui seront un aspect important de cette thèse ; les liens de fraternité ont été jusqu’alors bien étudiés mais nous constatons peu de travaux sur la sororité. Or les quatre filles de Raimond Bérenger V ont marqué l’histoire pour avoir épousé chacune un roi : Marguerite de Provence épousa Louis IX, Eléonore le roi d’Angleterre Henri III, Sanchie devint la femme de Richard, comte de Cornouailles proclamé par la suite roi des Romains ; enfin Béatrice fut mariée à Charles d’Anjou, frère de Louis IX qui devint roi de Naples et des Deux Siciles.Marguerite de Provence se trouva donc à l’intersection de puissantes parentèles et de leur entourage dont elle pouvait se servir pour asseoir ses desseins politiques. Aussi la notion de réseau constituera une approche féconde. Enfin, dernier aspect envisagé le regard nouveau que peut offrir la personnalité de Marguerite de Provence sur l’étude de la fonction d’une reine de France au Moyen-Age. En effet, le silence de certaines sources contemporaines semble pesant, en particulier on peut se demander pourquoi l’action éclatante de la reine en Egypte lors de la croisade ne lui a pas valu une meilleure reconnaissance. Ainsi sa personnalité a pu déranger et elle est à reconsidérer et à recontextualiser au prisme de la conception et de la coutume catalane. Dans ce contexte, l’absence et la rareté des informations sur sa personne peuvent refléter une volonté d’effacer son empreinte pour ne pas faire d’ombre à son royal et saint mari.

  • Titre traduit

    Marguerite of Provence, research on the impact of the Catalan-Provençal heritage in the role and perception of a queen of France in the 13th century


  • Résumé

    Marguerite of Provence (1221 – 1295) was the wife of the capétien King, Louis IX, the only French king to have been canonized. Eldest daughter of Béatrice of Savoie and the Count of Provence Raimond Bérenger V, she is also the heiress of the illustrious dynasty of Catalonia and Provence but in view of the few publications and works on her person, it is clear that she is not considered as one of the great female figures of the French monarchy. This subject tends to fit into the privileged articulation of a theme in full development of what is women’s history and of the kind but it could also fit into the current perspectives of medieval anthropology on the functions of the great princely dynasties. From the diversity of identified sources (diplomatic,epistolary,narrative and literary), three lines of research impose. The first aims to study the territorial relationship between the Provence, land of the Empire, the Kingdom of France and the County of Savoy. Indeed historians have addressed these alliances essentially under the capétien prism whereas new light can be thrown on the subject if we include the catalonien-provencale influence. The second is founded on the sororales relations which will be an important aspect of this thesis; the links of fraternity have been well studied up to now but we find little research on the sorority. It is to be noted that the four daughters of Raimond Bérenger V have marked history by the fact that they all married a king : Marguerite of Provence married Louis IX, Eléonore the English King Henry III, Sanchie became the wife of Richard, the Count of Cornwall , later named King of the Romans, lastly Béatrice was married to Charles d’Anjou, the brother of Louis IX who became the King of Naples and the two Siciles. Marguerite of Provence was therefore at the intersection of powerful parenteles and their entourage which she could use for her political ambitions. The notion of a network is also a fecund approach. Thirdly, the last aspect to be considered is the personality of Marguerite of Provence which casts a new look on the study of the functions of a Queen in the Middle Ages. Indeed, the silence of certain contemporary sources seems heavy, in particular we may wonder why the eclatant action of the Queen of Egypt during the crusade did not get better recognition. So her character may have disturbed and she should be reconsidered and recontextualised in view of the catalan conception and customs. In this context the absence and the scarcity of information on her character may reflect a will to destroy her influence and not to cast a shadow over her royal and saint husband.