Le Karaté-Do : une approche dynamique intégrée, adaptée aux seniors.

par René NoguÈS

Projet de thèse en PSYCHOLOGIE spécialité Psychologie cognitive

Sous la direction de Denis Brouillet et de Julie Messier.

Thèses en préparation à Montpellier 3 en cotutelle avec l'Université de Montréal , dans le cadre de Territoires, Temps, Sociétés et Développement , en partenariat avec EPSYLON - Dynamique des capacités humaines et des conduites de santé (laboratoire) depuis le 26-09-2018 .


  • Résumé

    L'évolution des indicateurs, « espérance de vie » et « espérance de vie sans incapacité », montre un différentiel croissant : le premier indicateur augmentant plus vite que le second (qui lui serait plutôt stable). La réduction de ce différentiel représente un enjeu sociétal majeur. Différentes réponses sont possibles et, parmi elles, la prise en charge des seniors par eux même au travers de la pratique d'activités mobilisant le corps, l'esprit et la relation sociale. La thèse que nous soutenons est que la pratique régulière du Karaté Shotokan, permet de maintenir une bonne efficience cognitive et d'améliorer la qualité de vie des seniors. Cet art martial, interne et externe, propose une approche dynamique intégrée du fonctionnement humain en associant l'esprit, la technique et le corps (le Shin Gi Taï). Au sein d'un club, il permet de pratiquer une activité physique en même temps qu'une activité spirituelle dans le cadre de relations sociales valorisantes. Cette problématique s'inscrit dans une approche incarnée et située de la cognition ou le corps et l'esprit sont dans une dynamique réciproque. Pour ce faire, différents exercices sont proposés. Le début de la séance de karaté permet de préparer l'esprit, de faire le vide et de se concentrer sur le moment présent. Puis un échauffement adapté permet de préparer le corps. Les exercices qui suivent (kihons, katas, bunkaïs et kumité conventionnel) permettent de pratiquer seul, par deux ou par groupes de niveau. Le corps et l'esprit sont sollicités et participent, de concert, au développement de l'équilibre, de la coordination, de la réactivité, de la tonicité musculaire et de l'appréhension globale de chaque situation proposée. En fin de séance un temps de récupération est consacré aux étirements musculaires. Pour évaluer l'apport de cette pratique, cinq campagnes de mesures sont réparties tout au long de l'étude longitudinale. Elles consistent, après un entretien initial en début d'étude, à administrer des tests de personnalité, des tests cliniques, des tests d'efficience cognitive et des tests sur l'équilibre postural. De par ses origines, sa fonction première et de par les représentations qui lui sont généralement associées, le karaté se démarque fortement des activités habituellement proposées aux seniors. Se retrouver dans un cadre commun avec des sportifs de haut niveau et des compétiteurs, donne aux pratiquants un sentiment très valorisant. Se prendre en charge, être acteur de son devenir (et non plus seulement en demande d'aide), réaliser des progrès à son rythme, améliorer ses équilibres autant sur le plan mental que sur le plan physique est de nature à répondre particulièrement bien à la problématique de l'avancée en âge.

  • Titre traduit

    Karate-Do: an integrated dynamic approach, adapted to seniors.


  • Résumé

    The evolution of the indicators, 'life expectancy' and 'life expectancy without disability', shows a growing differential: the first indicator increases faster than the second (which would be rather stable). The reduction of this differential represents a major societal challenge. Different answers are possible and, among them, the care of seniors by themselves through the practice of activities mobilizing the body, mind and social relationship. The thesis we support is that the regular practice of Karate Shotokan, helps maintain a good cognitive efficiency and improve the quality of life of seniors. This martial art, internal and external, proposes an integrated dynamic approach of the human functioning by associating the spirit, the technique and the body (the Shin Gi Taï). Within a club, it allows to practice a physical activity at the same time as a spiritual activity within the framework of social relations valuing. This problem is part of an incarnated and situated approach to cognition where the body and the mind are in a reciprocal dynamic. To do this, different exercises are proposed. The beginning of the karate session helps to prepare the mind, to empty and focus on the present moment. Then a suitable heating allows to prepare the body. The following exercises (kihons, kata, bunkaïs and conventional kumite) allow you to practice alone, in pairs or in groups of level. The body and the mind are solicited and participate, in concert, in the development of equilibrium, coordination, reactivity, muscular tonicity and overall apprehension of each proposed situation. At the end of the session a recovery time is devoted to muscle stretching. To evaluate the contribution of this practice, five measurement campaigns are distributed throughout the longitudinal study. They consist, after an initial interview at the beginning of the study, to administer personality tests, clinical tests, cognitive efficiency tests and postural balance tests. By its origins, its primary function and the representations that are generally associated with it, karate stands out strongly from the activities normally offered to seniors. Being in a common setting with top athletes and competitors gives practitioners a very positive feeling. Taking charge of oneself, being an actor in one's future (and no longer just asking for help), making progress at one's own pace, improving one's mental and physical balance is likely to respond particularly well to the problem of advancing age.