Une étude linguistique des unités phraséologiques à fonction pragmatique de la conversation dans une perspective interculturelle entre français et japonais

par Alexis Ladreyt

Projet de thèse en Sciences du langage Spécialité Didactique et Linguistique

Sous la direction de Agnès Tutin.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de Langues, Littératures et Sciences Humaines , en partenariat avec Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles (laboratoire) depuis le 01-09-2018 .


  • Résumé

    L'étude des unités phraséologiques à fonction pragmatique (désormais UPP) suscite depuis un quart de siècle l'intérêt des chercheurs en sciences du langage. Ce champ relativement récent du domaine de la phraséologie s'applique à étudier la relation entre les unités phraséologiques et les fonctions pragmatiques et discursives spécifiques qui en découlent, tout en prenant en compte leurs conditions de production (contexte et enjeu de l'interaction, participants). L'objectif principal de ce champ d'études est de caractériser le lien qui existe entre le fonctionnement des UPP et l'ensemble des circonstances qui se produisent dans un acte de communication. Par exemple, des expressions telles que tu vas voir ce que tu vas voir ! (Acte de langage stéréotypé chez Kauffer 2017) ou il y a anguille sous roche (Routine conversationnelle chez Klein et Lamiroy 2016) ont un contenu propositionnel qui ne permet pas de rendre compte de la fonction pragmatique qui leur est liée, à savoir la menace pour le premier exemple et la suspicion pour deuxième exemple. Les questionnements récents sur la compétence de communication en didactique des langues étrangères ont grandement contribué à l'essor des études des UPP. Des questionnements tels que comment enseigner à un public d'apprenant les structures phraséologiques stéréotypées et dont l'usage répond à des principes culturels et communicatifs spécifiques ? ont donné lieu à de nombreux travaux visant à développer du matériel pédagogique pour faciliter l'appropriation de ces structures complexes chez l'apprenant. Cavalla (2009 : 1) mentionne que « L'enseignement de la phraséologie […] est actuellement au cœur de nos interrogations […] [Les] auteurs du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, le CECRL (Conseil de l'Europe, 2001, p. 87), recommandent désormais l'enseignement de la phraséologie quasiment au même titre que le reste du lexique ». Il y a donc là tout un enjeu collaboratif et théorique entre les domaines de la linguistique et de la didactique des langues dans l'étude des phraséologismes à fonction pragmatique. Notre étude s'inscrit dans un projet bilatéral de recherche mené en cotutelle avec l'université de Tsukuba. Ce projet de recherche portera sur les UPP de l'interaction élicitée dans le cadre d'un groupe de discussion libre. Il sera porté une attention particulière aux expressions associées aux actes d'explication, d'argumentation, d'accord/désaccord, de modalisation et au marquage de subjectivité/intersubjectivité dans une perspective contrastive entre le français et le japonais. Dans un second temps, il sera mené une étude autour du corpus de production d'apprenant japonais du français. Il s'agira de tenter d'isoler et de modéliser les principales difficultés d'usage rencontrées pour proposer par la suite des pistes de remédiation aux vues des modélisations préalablement réalisées sur le corpus de locuteurs natifs.

  • Titre traduit

    A linguistic study of phraseological units with pragmatic function in the conversation: an intercultural perspective between French and Japanese


  • Résumé

    The study of phraseological units with pragmatic function (PUP) has been attracting the interest of researchers in linguistics for the last thirty years. This research field aims at studying the relationship between phraseological units and the specific pragmatic and discursive functions that are linked with them, while taking into account the utterance situations (context and aim of the interaction, speakers' profile ). The main objective of this field of linguistics is to characterize the link that exists between the use of PUPs and all the circumstances that occur in an act of communication. For instance, expressions such as ‘tu vas voir ce que tu vas voir !' (Acte de langage stéréotypé, Kauffer 2017) or ‘il y a anguille sous roche' (Routine conversationnelle, Klein et Lamiroy 2016) have a content that does not allow us to clearly determine the pragmatic function implied, namely threat in the first example and suspicion in the second example. Recent questions about communication skills in foreign language didactics have greatly contributed to the development of PUP studies. Questions such as how to teach learners stereotyped phraseological structures whose use implies specific cultural and communicative principles? have led to many researches aiming at the development of teaching materials to improve the acquisition of these complex structures by the learner. Cavalla (2009: 1) mentions that ‘ L'enseignement de la phraséologie […] est actuellement au cœur de nos interrogations […] [Les] auteurs du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, le CECRL (Conseil de l'Europe, 2001, p. 87), recommandent désormais l'enseignement de la phraséologie quasiment au même titre que le reste du lexique'. There is therefore a whole collaborative and theoretical challenge between both the fields of linguistics and didactics in the study of phraseology with pragmatic function. This study is part of a bilateral research project carried out with the cooperation of the University of Tsukuba (Japan). This research project will focus on the PUPs encountered in elicited interactions in a free discussion group. We will focus on expressions associated with acts of explanation, argumentation, agreement / disagreement, modalization and subjectivity / intersubjectivity markers in a cross-linguistic perspective between French and Japanese. Secondly, a study will be conducted on a corpus of Japanese learners of French. By exploring this corpus, this study will try to isolate and model the main difficulties of use encountered by these learners in order to make thereafter remediation propositions benefiting from the models previously made on the corpus of native speakers