Domaines astrocytaires, indépendants ou pas ?

par Dorian Arnouil

Projet de thèse en Neurosciences

Sous la direction de Aude Panatier.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sciences de la Vie et de la Santé , en partenariat avec Physiopathologie de la plasticité neuronale - Neurocentre Magendie (laboratoire) et de Relations glie-neurone (equipe de recherche) depuis le 28-09-2017 .


  • Résumé

    Il a longtemps été considéré que la transmission synaptique était uniquement une histoire de neurone dans laquelle l'information était transmise de neurone en neurone. Cependant, depuis plus de 15 ans, l'astrocyte, a fait son entrée. En effet, ce troisième protagoniste joue le rôle de régulateur fin permettant à l'information d'être transmise de manière adaptée. Pour cela, l'astrocyte détecte le signal synaptique et en retour régule l'efficacité de la transmission synaptique et l'excitabilité neuronale en libérant des substances actives appelées gliotransmetteurs. Contrairement aux neurones, les astrocytes sont organisés en domaines indépendants les uns des autres. En effet, chaque astrocyte occupe un territoire qui lui est propre, composé de plus de 100 000 synapses. En conséquence d'une telle organisation, une synapse unique sera toujours en interaction étroite avec un seul astrocyte. Nos travaux indiquent que l'astrocyte régule l'efficacité de la transmission à la synapse unique. Cependant, nous ne savons toujours pas si cette régulation dépend du nombre d'astrocytes recrutés dans un réseau. Le but de ce projet est donc de mieux comprendre comment les astrocytes régulent l'activité synaptique.

  • Titre traduit

    Astrocytic domains, independant or not?


  • Résumé

    For a long time, the transmission of information in the brain was only considered as a neuronal story. However, since the past 15 years, a third protagonist, the astrocyte, has entered this story. Indeed, during synaptic transmission, this third element plays a crucial role as a regulator, allowing information to be transmitted appropriately. To do that, the astrocyte detects the synaptic signal and in turn regulates appropriately its transmission as well as the neuronal excitability by releasing active substances named gliotransmitters. Unlike neurons, astrocytes are organized in anatomical domains independent from each others. Indeed, each astrocyte occupies exclusive territory, composed of around 100 000 synapses. As a consequence of such a tiling organization, an individual synapse is always localized within the boundaries of a single astrocyte. Our data indicate that astrocytes regulate the efficacy of transmission at the single synapse level. However we still don't know whether this regulation depends on the number of astrocytes recruited in the network. The goal of this project is thus to better understand how astrocytes regulate synaptic activity in a network encoding a specific information.