Témoignages, perception et gestion des risques de glissements de terrain

par Maria Hagl

Projet de thèse en Psychologie du travail et ergonomie

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire interuniversitaire de Psychologie/Personnalité, Cognition, Changement social (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Les glissements de terrain sont des phénomènes naturels localisés qui peuvent affecter les pentes dans diverses conditions géologiques (Bièvre et al, 2011). L’occurrence de ces événements locaux est généralement signalée par la population vivant dans la zone, plutôt que par les réseaux instrumentaux régionaux ou nationaux, car les capteurs sont trop éloignés pour avoir une capacité de détection adéquate. Le témoignage, la connaissance et la perception de la population locale sont d'une grande importance pour la surveillance des zones sujettes aux mouvements de terrain et pour la détection des signes précurseurs des mouvements. En effet, la gestion de tels phénomènes aux conséquences difficilement prévisibles nécessite non seulement l'anticipation, mais aussi la nécessité d'impliquer toutes les parties prenantes (experts, décideurs, et surtout la population locale la plus directement concernée). Une telle perspective est d'autant plus pertinente qu'il existe parfois, sinon souvent, de profondes divergences entre experts et profanes quant à la perception des risques et aux stratégies à mettre en œuvre pour les gérer, entre décideurs et laïcs, entre dirigeants et subalternes, etc. (Fiorino, 1989, Kouabenan et al, 2006). Selon Fiorino (1989), on a d'un côté un modèle technicien qui valorise la rationalité, l'efficacité et l'expertise, et de l'autre, nous avons un modèle libéral qui valorise des éléments plutôt subjectifs, expérientiels et socioculturels. Dans les zones sujettes aux aléas naturels, la connaissance de la perception du risque par les personnes est alors primordiale pour définir et appliquer des stratégies de gestion des risques. La présente thèse vise à impliquer la population locale (différentes parties prenantes) de ces sites pour collecter des informations sur les phénomènes observés mais aussi sur leur gestion. Elle vise à recueillir leurs témoignages sur ce qu'ils observent ou ont observé, sur leurs croyances et leurs connaissances naïves de tels phénomènes, mais surtout à identifier la perception des risques associés à ces mouvements de terrain. Nous sommes également intéressés par leur perception des stratégies de surveillance et / ou de prévention déployées par les experts et les autorités publiques à l'égard de tels phénomènes. Nous allons également collecter les stratégies de gestion ou d'adaptation qu'ils mettent en œuvre ou proposent pour faire face à de tels phénomènes. En effet, des études sur la perception du risque montrent un lien entre perception et comportement (Brewer et al. 2007, Slovic et al, 1981, Kouabenan et al, 2006). Par exemple, Slovic et al. (1981) estiment que si la perception et l'évaluation des risques sont erronées, «les efforts de gestion des risques seront probablement mal orientés ». L'objectif principal de ce projet doctoral est d'associer les connaissances locales et profanes des parties prenantes aux connaissances expertes pour un meilleur suivi du phénomène, mais aussi de développer une approche participative pour la collecte d'informations sur les aléas et les vulnérabilités. Une telle perspective est d'autant plus pertinente qu'il existe parfois, sinon souvent, de profondes divergences entre experts et profanes, entre décideurs et laïcs, entre dirigeants et subalternes, etc., quant à la perception des risques et aux stratégies à mettre en œuvre pour les gérer (Kouabenan et al, 2006). Cette information est également importante pour la communication sur les risques, la gestion et la prise de décision concernant ces risques. Elle peut aider à développer une approche participative et la construction conjointe d'une gestion des risques plus pertinente et mieux acceptée, car mieux comprise.

  • Titre traduit

    Testimonies, perception and management of landslide hazards


  • Résumé

    Landslides are localized natural phenomena that can affect slopes in various geological conditions (Bièvre et al, 2011). The occurrence of these local events is usually reported by the population living in the area, rather than by the regional or national instrumental networks because sensors are too far apart to have an adequate detection capacity. Local population testimony, knowledge and perception are of great importance for the monitoring of areas subject to landslides and for detecting the precursory signs of movements. Indeed, the management of such phenomena with hardly foreseeable consequences requires, not only anticipation, but also the need to involve all the stakeholders (experts, decision-makers, and especially the local population most directly concerned). Such a perspective is all the more relevant given that there are sometimes, if not often, profound discrepancies between experts and laypersons as to the perception of risks and the strategies to be implemented to manage them, between decision-makers and the lay public, between leaders and subordinates, etc. (Fiorino, 1989, Kouabenan et al, 2006). According to Fiorino (1989), on the one hand we have a technicist model that values rationality, efficiency and expertise, and on the other hand, we have a liberal model that values rather subjective, experiential and socio- cultural elements. In natural hazard prone areas, knowledge about risk perception of people is then of prime importance for defining and applying risk management strategies. This thesis aims to involve the local population (different stakeholders) of these sites to collect information on the observed phenomena but also on their management. It aims at collecting their testimonies on what they observe or have observed, on their beliefs and naive knowledge they have of such phenomena, but especially to identify the perception of the risks associated with these movements of land. We are also interested in their perception of the surveillance and / or prevention strategies deployed by experts and public authorities with regard to such phenomena. We will also collect management or coping strategies that they implement or propose to deal with such phenomena. Indeed, studies of risk perception showed a link between perception and behavior (Brewer et al., 2007, Slovic et al., 1981; Kouabenan et al., 2006). For example, Slovic et al. (1981) considered that if risk perception and assessment are wrong, "risk management efforts will likely be misdirected. The main objective of this doctoral project is to associate local and lay knowledge of stakeholders with expert knowledge for better monitoring of the phenomenon, but also to develop a participatory approach for gathering information on the hazards and vulnerabilities. Such a perspective is all the more relevant given that there are sometimes, if not often, profound discrepancies between experts and laypersons as to the perception of risks and the strategies to be implemented to manage them, between decision-makers and the lay public, between leaders and subordinates, etc. (Kouabenan et al, 2006).