Merveilleux, fantasy, absurde : dire ou fuir au réel dans le roman russe des années 90 aux années 2010

par Marie Bonin

Projet de thèse en Etudes Slaves

Sous la direction de Isabelle Després.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble) , en partenariat avec Institut des Langues et des Cultures d'Europe, d'Amérique, d'Afrique, d'Asie et d'Australie (laboratoire) depuis le 01-09-2018 .


  • Résumé

    Ce projet a pour but de proposer une étude la littérature russe des années 90 aux années 2010 sous l'angle des romans non-réalistes – par cela, nous entendons les romans se déroulant dans des univers imaginaires, comprenant des éléments de fantastique, qui ne cherchent pas à créer un effet de vraisemblance. Nous nous appuierons sur les oeuvres qui ont connu un succès critique ou populaire en Russie. L'étude de ce corpus permettra de porter une réflexion sur la crise du réalisme que connaît la littérature russe à partir de l'effondrement de l'URSS en décembre 1991. En considérant la brutalité inouïe des bouleversements sociaux des années 1990, ne pourrait-on à l'inverse parler d'un réalisme d'un nouveau genre ? Ce serait la tentative de raconter le traumatisme de ces « likhie gody », années mauvaises, presque démoniaques, qui ferait surgir dans les textes le merveilleux, le fantastique, le grotesque, l'absurde, le monstrueux. Selon Alexandre Etkind, l'imaginaire souvent morbide des auteurs contemporains serait également directement nourri, surtout à partir des années 2000, par une nostalgie du passé soviétique, à la fois mis à mort par l'irruption du capitalisme, et omniprésent. En s'écartant du réalisme, les auteurs contemporains ne chercheraient pas à fuir le réel, mais à mieux le saisir, palliant ainsi l'absence d'un discours scientifique - historique, sociologique - portant sur et simultané à la période des années 1990. La période choisie - 1990-2010 - nous permettra également de tenter de déceler une évolution de cette littérature, un assagissement, un retour au réalisme à partir de la stabilisation du régime politique en Russie.

  • Titre traduit

    Magic, fantasy, absurd : new ways of expressing reality in the Russian novel from the 90s to the 2010s.


  • Résumé

    We aim at analysing Russian contemporary literature from the 1990s to the 2010s through the reading of the most successful non-realistic Russian novels of this period. Recent Russian literary production has seen the publication of an increasing number of novels which weren't aiming at producing an effect of verisimilitude upon their reader. New genres started crowding the bookshops : fantasy novels, dystopias, absurd and violent postmodern novels… Those works, and contemporary Russian literature in general, have been criticized as being superficial, a mere attempt at copying bestselling Western literature. We will study the most successful non-realistic novels in contemporary Russian literature and try to explain why they met with such public, and sometimes critical acclaim. Could it be that grotesque, fantasy, and other types of literature of the imagination have become necessary escapes from reality for the Russian readers, or are they, on the contrary, new ways of better seizing and talking about a society which, for the past 25, has been evolving in multiple and unexpected ways ? In other words, we will try to consider non-realitic contemporary Russian literature as a form of new realism, and to monitor the evolution of this literature towards a less violent, more assuaged vein, in keeping with the stabilization of the Russian political, economical and social situation towards the 2000s.