Les antécédents de l'internationalisation des Entreprises à Internationalisation Rapide et Précoce : le rôle de la diversité

par Angélique Breuillot

Projet de thèse en Sciences de Gestion

Sous la direction de Véronique Favre-bonte ép. nicoletti et de Rachel Bocquet.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences et ingénierie des systèmes, de l'environnement et des organisations (Chambéry) , en partenariat avec Institut de Recherche en Gestion et Économie (laboratoire) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) représentent en France plus de la moitié de la valeur ajoutée produite et constituent un élément moteur essentiel de l'économie française, notamment en termes de création d'emplois et de croissance économique. Pourtant, les comparaisons internationales laissent apparaître un constat alarmant : les PME françaises ne sont pas assez présentes à l'international par rapport à leurs homologues européennes (deux fois moins qu'en Italie, trois fois moins qu'en Allemagne) et le sont encore moins dans la durée : sur dix primo-exportateurs, trois entreprises demeurent présentes à l'international après un an, et une seule après trois ans (Fekl, 2015). Dans cette thèse, nous nous intéressons à un certain type de PME qui font l'objet d'un intérêt croissant de la part du monde académique et des pouvoirs publics, les Entreprises à Internationalisation Rapide et Précoce (EIRP). Elles se caractérisent par une certaine simultanéité entre l'acte de création et l'acte d'internationalisation. Cependant, il apparaît que les EIRP rencontrent des difficultés pour stabiliser leur croissance internationale sur le long-terme et qu'il est donc nécessaire de s'intéresser aux antécédents de leurs internationalisations sur la durée. La plupart des travaux se concentrent sur les phases d'ante-création et de lancement des EIRP et ce malgré la nécessité de s'intéresser aux antécédents de toutes les phases de leur processus d'internationalisation. Parmi ces antécédents, la diversité a été largement ignorée alors qu'elle jouerait un rôle clé sur l'innovation, la performance et la croissance des entreprises. En effet, la littérature émergente sur la diversité des entreprises (notamment des firmes multinationales) tend à montrer que les différences (vs. similitudes) de caractéristiques individuelles entre salariés en termes de genre, de nationalité, d'âge, d'éducation, etc. affecteraient significativement leur performance (Singh et Point, 2004). Plus encore, le management de la diversité en entreprise contribuerait à améliorer la compétitivité et la performance de l'entreprise à long terme en capitalisant sur la diversité présente au sein de l'équipe dirigeante et plus généralement au sein de toute l'organisation (genre, âge, origine, etc.). Elle constituerait l'un des rares leviers de gestion permettant d'allier performance financière et éthique sociale (Chaire « Management et diversité » de Paris Dauphine). L'objectif de cette thèse est donc de déterminer les antécédents de l'internationalisation des EIRP, et plus particulièrement le rôle de la diversité. La contribution est triple. Au plan théorique, cette recherche débouchera sur la construction d'un modèle novateur basé sur la combinaison de deux littératures en entrepreneuriat international et en management de la diversité capable d'expliquer l'internationalisation des EIRP grâce à différents antécédents, dont notamment la diversité. Au plan empirique, il s'agit non seulement d'évaluer la contribution du facteur diversité à l'internationalisation des EIRP mais également d'identifier son rôle sur le long terme. Au plan managérial, cette thèse visera à proposer des leviers actionnables par les dirigeants de PME et les institutions publiques visant à pérenniser leur présence à l'international et à contribuer ainsi à leur performance de long terme et au redressement de la balance commerciale française.

  • Titre traduit

    The antecedents of International New Ventures's internationalization: the role of diversity


  • Résumé

    In France, small and medium enterprises (SMEs) represent over half of the added value produced and constitute an essential economic driving force, especially in terms of job creation and economic growth. However, international comparisons point to an alarming observation: French SMEs are less present abroad compared to some of their European counterparts (two times less than in Italy, three times less than in Germany). Furthermore, they are even less likely to be found in the long-term: out of ten primo-exporters, three businesses remain abroad after one year, and only one after three years (Fekl, 2015). In this thesis, we are interested by new kind of SMEs, which are the focus of increasing interests from the scientific community and the public authorities, the International New Ventures (INV). They are characterized by a certain simultaneity between the act of creation and the act of internationalization. However, it appears that INVs encounter difficulties to sustain their international growth on the long-term. Thus, it is crucial to study the antecedents of INV's internationalization process over time. Most studies focused on the pre-internationalization phase and on the early internationalization phase despite the necessity to investigate the antecedents in each phases of their internationalization process. Among these factors, the diversity of the managerial team and, more broadly, of the organization could represent a critical lever. Indeed, the emerging literature on the management of diversity within companies (especially the multinationals) tends to suggest that differences (vs. similarities) in individual characteristics between workers, such as gender, nationality, age, and responsibilities, may significantly affect their performance (Singh & Point, 2004). The management of diversity within an enterprise aims to enhance the competitiveness and the performance of the business by capitalizing on the human diversity (gender, age, ethnic origin). It represents one of the rare levers of management allowing the company to ally financial performance and social ethics (Chair “Management and Diversity” of Paris Dauphine). This thesis aims to determine the antecedents of the INVs internationalization, and more precisely of the role of diversity. The contribution is threefold. On a theoretical level, this research will lead to the construction of an innovative model based on the combination of two fields of literature: that of International Entrepreneurship and Diversity Management, which together allow us to explain the internationalization of INVs. Empirically, its purpose will be to assess the contribution of diversity as an internationalization factor of this type of business but also to identify its role over time. Finally, with regard to management, this thesis will aim to offer some actionable levers to SME entrepreneurs and public authorities in order to sustain their presence abroad and ipso facto to contribute to the recovery of the French trade balance.