Depenses publiques et bonne gouvernance : cas du secteur de l'education en guinee

par Souleymane Tenin Traore

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Antoine Delblond.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de DSP - Droit et Science Politique (Nantes) depuis le 03-09-2018 .


  • Résumé

    Dans le but d'assurer ou vérifier la conformité entre les décisions des gouvernants et les dépenses publiques engagées, les autorités en charge de la décision doivent opérer des choix éclairés en mettant à la disposition des services financiers une information fiable sur l'exécution des décisions prises.Donc il faut à l'évidence un contrôle des dépenses publiques, et ce contrôle constitue une phase importante dans la procédure de la bonne gouvernance. Cela consolide la transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique dans les pays en développement. Alors pour tout développement,il faut la transparence dans la gestion des deniers publics et surtout pendant l'exécution des dépenses qui doit être en conformité avec la loi de finances votée par les représentants du peuple dans l'exercice d'un rôle de veille.A l'instar des autres pays du monde et de l'Afrique, la Guinée s'active pour la promotion d'une bonne gouvernance dans le secteur de l'éducation et nous savons que l'éducation doit restaurer dans la société un sentiment de normalité et de sécurité pour les enfants et les jeunes qui seront réorientés dans les autres secteurs du développement. En Guinée les statistiques montrent que les dépenses allouées pour le financement du secteur éducatif restent nettement inférieures aux besoins exprimés pour la valorisation de ce secteur, avec moins d'enseignants et d'écoles par rapport au nombre d'élèves inscrits. Il faut une véritable réformes des finances publiques pour assurer l'efficacité des dépenses afin d'établir un système de gestion performant au profit des secteurs prioritaires notamment l'éducation. L'objectif principal vise à étudier dans quelles mesures le contrôle budgétaire apparaît comme un facteur d'efficacité des dépenses publiques engagées dans le secteur éducatif en matière de bonne gouvernance.


  • Pas de résumé disponible.