Stabilité des lymphocytes T régulateurs au cours de maladie articulaires inflammatoires chroniques : impact des traitements ciblés et définition de nouvelles cibles thérapeutiques.

par Majda Lyna Mebrek

Projet de thèse en Sciences de la vie et de la sante

Sous la direction de Natacha Bessis.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de École doctorale Galilée (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 30-08-2018 .


  • Résumé

    Les travaux menés au sein de l’unité de recherche UMR 1125 (Li2P) portent sur l’inflammation chronique, l’immunopathologie et les biothérapies, appliquées au domaine des maladies articulaires, et en particulier la polyarthrite rhumatoïde (PR). Il existe depuis une vingtaine d’années des thérapies ciblées efficaces dans cette pathologie, mais une proportion importante de patients ne répondent pas aux traitements. Dans ce contexte, de nouvelles cibles thérapeutiques doivent être identifiées. La compréhension des mécanismes physiopathologiques de la PR, et de maladies chroniques inflammatoires articulaires come la spondylarthrite ankylosante (SpA) est la première étape vers l’identification de nouvelles cibles et le développement de thérapies innovantes. C’est dans ce cadre que s’inscrit ce projet de recherche doctoral. Celui-ci porte sur les mécanismes liés à la stabilité des lymphocytes T régulateurs (Treg) au cours de l’inflammation chronique articulaire. Ces cellules, cruciales pour maintenir la tolérance du système immunitaire vis-à-vis du soi, et donc prévenir les maladies autoimmunes, sont déficientes dans la PR. L’une des pistes envisagée est que ce déficit fonctionnel est lié à une perte de stabilité de ces cellules. En portant sur l’étude de la stabilité des Tregs au cours de la PR, mais aussi de maladies comme la SpA, ce projet permettra de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques de ‘l’inflammation chronique articulaire.


  • Pas de résumé disponible.