Mécanismes cellulaires à l'origine des déficits mnésiques dans les phases précoces de la sclérose en plaques.

par Julien Bourel

Projet de thèse en Neurosciences

Sous la direction de Thomas Tourdias.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sciences de la Vie et de la Santé , en partenariat avec Physiopathologie de la plasticité neuronale - Neurocentre Magendie (laboratoire) et de Relations glie-neurone (equipe de recherche) depuis le 03-10-2016 .


  • Résumé

    Suite à l'induction d'une encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE) chez la souris (un modèle murin de sclérose en plaques), des tests de mémoire sont réalisés chez ces animaux au bout de 20 jours. Des études histologiques, génétiques, protéiques, sont réalisées pour comprendre l'origine des troubles mnésiques chez les souris malades. Nous pensons notamment que les cellules microgliales sont impliquées dans cette altération neuronale entraînant un déficit mnésique.

  • Titre traduit

    Cellular mechanisms causing memory deficits in the early stages of multiple sclerosis.


  • Résumé

    Following the induction of experimental autoimmune encephalomyelitis (EAE) in mice (a murine model of multiple sclerosis), memory tests are performed in these animals after 20 days post-induction. Histological, genetic and protein studies are carried out to understand the origin of memory disorders in these impaired memory mice. In particular, we believe that microglial cells are involved in this neuronal alteration leading to a memory deficit.