Internet et média numériques dans la gouvernance de l'Église catholique

par Renaud Laby

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Philippe Portier.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Groupe sociétés, religions, laïcités (laboratoire) et de École pratique des hautes études (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    Dès l'apparition du web, dans les années 1990, l'Église catholique romaine a mesuré l'importance de sa présence sur la toile. Le Vatican, en effet, a ouvert son premier site web en 1995, l'année suivante ce fut au tour de la Conférence des Évêques de France (CEF). En 2000, 70 % des diocèses français disposaient d'un site internet, ils sont tous représentés sur la toile aujourd'hui. Ces sites diocésains sont eux-mêmes relayés par des milliers de sites paroissiaux. À ceux-ci, il faut ajouter les sites des nombreuses institutions catholiques reconnues par l'Église. Á côté de ces espaces institutionnels, de nombreux sites, blogs et comptes sur les réseaux sociaux revendiquent leur catholicité sans directement dépendre d'une quelconque autorité ecclésiale. Cette thèse s'intéresse précisément à l'influence de ces espaces conversationnels catholiques en ligne et aux problèmes qu'ils posent à l'institution. En effet, sur la toile, les catholiques français discutent mais souvent aussi se déchirent mettant en évidence une faille dans les modalités de mise en œuvre de la communion dans l'Église. Aussi, en quoi les échanges des catholiques en ligne et les sociabilités qu'ils induisent, s'inscrivent-ils dans la sociohistoire du catholicisme français et la renouvellent-ils ? Il apparaît en fait que le web segmente les opinions catholiques et induit la radicalisation de certaines. Cette segmentation pourrait bien contribuer à réactiver, au sein du catholicisme d'identité, un catholicisme politique qui entend réinscrire la totalité du social sous la tutelle de l'hétéronomie religieuse catholique.

  • Titre traduit

    Internet and digital media in the governance of the Roman Catholic Church


  • Résumé

    Since the beginning of the web, in the 1990s, the Roman Catholic Church has seen the importance of its presence grow. The Vatican opened its first web site in 1995, the following year it was the CEF's turn. In 2000, 70 % of the French dioceses had a web site, all of them are on the web now. These diocesan sites have been relayed by thousands of parochial sites. The sites of numerous catholic institutions recognized by the Church, must be added to that number. Along with these institutional spaces, numerous sites, blogs, and social networks claim their catholicity although they don't depend on Church authority. The object of this thesis is to analyse the influence of these on-line catholic spaces and the problems they may pose to the Institution. Indeed, on the web, the French Catholics argue, but they can go as far as insulting each other. This highlights a weakness in the methods used to implement the communion in the Church. So, the question is: to what extent do the exchanges of the on-line Catholics on the social networks participate to the socialhistory of French Catholiscim and to what extent it contributes to renew it. It seems in fact that the web tend to divide catholic opinions and favours the radicalization of some of them. This segmentation could well reactivate within the conservative Catholics a political Catholicism whose aim would be to influence society and put it under the supervision of the catholic religious heteronomy.