Estimation du temps de construction des remparts des oppida en Europe celtique continentale aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

par FranÇois Remise

Projet de thèse en Sciences de l'antiquité : histoire, archéologie, langues et littératures

Sous la direction de Stéphane Verger.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Orient et Méditerranée, textes, archéologie, histoire (laboratoire) et de EPHE PARIS (établissement opérateur d'inscription) depuis le 31-08-2017 .


  • Résumé

    De nombreux ouvrages ont été écrits sur les oppida décrivant notamment les différents types de remparts utilisés, mais jusqu'à présent aucun de leurs auteurs ne s'est réellement intéressé au temps de construction de leurs remparts. L'objet de cette recherche est de combler cette lacune en proposant des estimations du temps de construction de différents types de remparts d'oppida de l'Europe celtique continentale des IIe et Ier siècles av. J.-C. Cette recherche sera effectuée en utilisant la démarche appelée "Architectural Energetics", méthodologie qui cherche à quantifier le temps de construction d'édifices anciens. Cette démarche a été suivie notamment par des archéologues anglo-saxons depuis plus d'une trentaine d'années.

  • Titre traduit

    An Energetics Approach to the Construction of Oppida in Continental Celtic Europe in the 2nd and 1st centuries BC.


  • Résumé

    Many books have been written about oppida and their fortifications. But till now, none of the authors were really interested in estimating the labor and time spent to construct the oppida fortifications. The purpose of this study is to fill this gap and to present an analysis of labour and time spent to construct different types of oppida fortifications of the 2nd and 1st centuries BC. In this study I will use the "Architectural Energetics" approach which is a methodology that explicitly seeks to quantify past architectural remains in terms of the labor force involved in construction projects. This approach has been used by many Anglo-Saxons archaeologists for more than thirty years.