Entre religion et vie de famille : ethnographie de trois foyers de candomblé italiens

par Diane De Morais

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Michael Houseman et de Miriam Rabelo.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université de l'État de Rio de Janeiro , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Groupe sociétés, religions, laïcités (laboratoire) et de École pratique des hautes études (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 31-08-2017 .


  • Résumé

    Je conduis mon travail de recherche doctoral en anthropologie au sein d'une « famille » de candomblé, une religion afro-brésilienne dont les ramifications s'étendent aujourd'hui jusqu'en Italie. L'une des particularités du candomblé réside dans l'organisation en système de parenté symbolique, c'est-à-dire que chaque « maison » de culte est dirigée par un « père » ou une « mère » lesquels initient des médiums qui renaissent simultanément comme fils de leur divinité tutélaire et comme « fils » de leur « parent » de religion. Au cours d'un terrain exploratoire mené en 2016, j'ai identifié trois « maisons », une à Milan et deux à Rome, reliées entre elles par des liens de « fraternité » (puisque les chefs de culte italiens sont tous les « enfants » d'un même « père » quant à lui brésilien). Dans chacun de ces trois cas, c'est chez eux, dans leur propre maison, que ces « pères » et « mères » accomplissent les diverses modalités religieuses de telle sorte que la parenté rituelle s'intègre et voire même, se confond avec celle du ménage fondateur. Pareil constat pointe l'importance des liens de parenté comme structurant de manière centrale la pratique du candomblé et invite à creuser la dimension domestique d'un culte conditionné par une intense vie de famille. Pour ce faire, cette enquête ethnographique s'appuie principalement sur ces "foyers domestico-religieux" à partir de deux phénomènes d'observation : d'une part, l'étude de la vie de famille à la croisée de ces divers cercles de parenté en centrant l'attention sur cet espace domestique partagé qui configure l'environnement intime et affectif de l'expérience religieuse et, d'autre part, je m'intéresse également à ces mécanismes de dynamique de réseau qui me permettent de retracer l'itinéraire de la construction familiale dans son ensemble, du Brésil à l'Italie.

  • Titre traduit

    Between religion and family life : ethnography of three italians homes of candomblé


  • Résumé

    My PhD research focused on a « family » of candomblé, an afro-brazilian religion which extends till Italy. One of the specific features is the organization on kinship system, that is, each « house » is led by a « father » or a « mother » who build a spiritual family. I've identified three « houses », one in Milan and two in Rome, interconnected by bonds of brotherhood (given that they are all « sons » of a Brazilian « father »). In each case, the religion occurs in their homes combining ritual and biological kinship. This finding stresses the importance of parenthood inside the candomblé and suggests to explore the domestic sphere of a religion influenced by an intense family life.