Défendre la capitale ottomane contre la menace russe: les fortifications d'istanbul à la fin du XVIIIe siècle

par Humeyra Bostan

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Nicolas Vatin et de Engin Deniz Akarli.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Universite d'Istanbul Sehir , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Orient et Méditerranée, textes, archéologie, histoire (laboratoire) et de EPHE PARIS (établissement opérateur d'inscription) .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la fortification du Bosphore pour la défense d'Istanbul contre la menace russe à la fin du dix-huitième siècle. L'adaptation de nouvelles techniques de construction, la mise en place d'un système administratif permettant de gérer et de maintenir efficacement les défenses, ainsi que l'organisation du personnel militaire et des munitions dans les forteresses sont les sous-thèmes de la thèse. Les Ottomans ont estimé important de fortifier le détroit de la mer Noire face aux menaces russes et à la montée en puissance de l'armée russe. Ils ont accéléré leurs efforts pour prendre des mesures de sécurité en établissant de nouvelles forteresses et de nouvelles batteries le long des rives du Bosphore. La création d'une nouvelle unité administrative sous le nom de « Surintendance du Bosphore » témoigne de la prise de conscience de la gravité de la menace par les Ottomans face à la montée de la menace russe en mer Noire. Cette thèse aborde des questions différentes mais interdépendantes telles que la construction, l'administration et l'organisation militaire des forteresses avec une approche holistique. Gardant à l'esprit le problème plus général des réponses ottomanes aux défis technologiques et politiques auxquels ils ont été confrontés à la fin du XVIIIe siècle, cette étude examine les nouvelles techniques apportées aux Ottomans par les ingénieurs français, l'adaptation des Ottomans à l'innovation, des facteurs tels que le manque d'hommes qualifiés, de discipline et d'organisation dans les projets de construction. Cette recherche est fondée sur une grande variété de sources. Ainsi, une riche documentation d'archive provenant des Archives d'État ottomanes et des Archives militaires et diplomatiques françaises, ainsi que des mémoires d'ingénieurs français, de cartes et de plans ottomans et français ont été étudiés. Une analyse comparative de ces sources indique que les Ottomans ont joué un rôle décisif dans l'innovation dans leurs techniques de défense en collaboration avec des ingénieurs français, non dans un souci d'occidentalisation ni pour imiter les pratiques européennes, comme le supposent la plupart des auteurs de la littérature actuelle, mais en tant que décideurs et participants actifs, adaptant localement les connaissances techniques qu'ils choisirent d'adopter.

  • Titre traduit

    Defending the ottoman capital against the russian threat: late eighteenth century fortifications of istanbul


  • Résumé

    This dissertation examines the fortification of the Bosphorus meant to help defend Istanbul against the growing Russian threat at the end of the eighteenth century. The adaptation of new construction techniques, the development of an administrative system to run and maintain the defenses effectively, and the organization of the military personnel and munitions in the fortresses are the sub-themes of the dissertation. The Ottomans recognized the importance of fortifying the Black Sea Strait in view of the threat posed by Russia and its rising military power. They accelerated their efforts to take security measures by establishing new fortresses and batteries along the shores of the Bosphorus. The creation of a “Superintendency of the Bosphorus” as a new administrative unit is an indicator of the Ottoman attention to the rising Russian threat in the Black Sea. This dissertation uses a holistic approach to address different but interrelated issues, including fortress construction, administration, and military organization. Keeping in mind the broader issue of the Ottomans' responses to the technological and political challenges they faced at the end of the eighteenth century, this study sheds light on new techniques introduced by French engineers and on the Ottoman adaptation to innovation, including new techniques of organization. The dissertation also discusses the Ottoman efforts to find solutions to the problems of finding qualified men, establishing discipline, and maintaining effective organization in the construction projects. This research employs rich archival material from the Ottoman State Archives and the French Military and Diplomatic Archives, as well as the memoirs of French engineers and Ottoman and French maps and plans. A comparative analysis of these sources indicates that the Ottomans were decisive in adopting innovative defensive techniques in collaboration with French engineers. Yet this was no mere imitation of European forms or crude Westernization. The Ottomans were active decision-makers and participants who localized and adapted the available technical knowledge of the era for their own purposes and to meet their own ends.