Facilitation retardée de l'alcoolisme par la nicotine : processus motivationnels, cognitifs et rôle de différents sous-types de récepteurs cholinergiques nicotiniques

par Léa Tochon

Projet de thèse en Neurosciences

Sous la direction de Vincent David.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sciences de la Vie et de la Santé , en partenariat avec Institut de neurosciences cognitives et intégratives d'Aquitaine (laboratoire) et de Interactions entre émotions et systèmes de mémoire (equipe de recherche) depuis le 02-10-2017 .


  • Résumé

    L'alcoolisme et le tabagisme représente un coût annuel social et médical considérable, celui du tabagisme étant estimé à lui seul à 47 milliards d'Euros en 2015 (Ministère de la Santé). Or, les traitements phamacothérapeutiques disponibles restent d'une efficacité très limitée, avec un taux de rechute de 60% pour le tabac et 80% pour l'alcool. Or, l'exposition à la nicotine lors de l'adolescence semble mener à une forte augmentation du risque d'alcoolisme à l'âge adulte, même des années après l'arrêt de la cigarette. Notre objectif est d'étudier le rôle de différents sous-types de récepteurs nicotiniques dans cette augmentation retardée de la vulnérabilité à la consommation d'alcool. Nous évaluerons les propriétés addictives de l'alcool avec des modèles d'auto-administration en comparant des animaux préalablement exposés de façon chronique à la nicotine avec des animaux non préalablement exposés (nicotine 1-alcool 2). Ces expériences seront menées chez des souris knockout (KO) dépourvues du gène de récepteurs impliqués dans les propriétés addictives de la nicotine et à l'alcool (a5*, a7*, b2*). Dans le cas de déficits génotype-dépendants, les effets de la réexpression des récepteurs a5 chez le KO par injection lentivirale seront testés. La libération de dopamine au niveau du striatum induite par l'alcool ou la nicotine sera mesurée par microdialyse in vivo chez l'animal libre. La plasticité synaptique au niveau du circuit de récompense dopaminergique mésolimbique, et de régions impliquées dans la mémoire spatiale (hippocampe) et procédurale (striatum), sera évaluée avec l'expression cérébrale de facteurs de transcription, régulations épigénétiques (H3/H4) et la mesure électrophysiologique de la potentialisation/dépression à long terme au niveau des régions hippocampiques (mémoire spatiale) et striatales (mémoire procédurale).

  • Titre traduit

    Delayed facilitation of alcoholism by nicotine: motivational, cognitive processes and role of different nicotinic cholinergic receptors subtypes


  • Résumé

    Alcohol and nicotine use disorders have severe impacts on health and society, the annual cost of smoking in 2015 for instance is estimated at 47 billions of Euros (Ministry of Health). Yet the efficiency of available pharmacotherapeutic treatments remains limited, with a relapse rate reaching 60% for tobacco and 80% for alcohol . Studies suggest that nicotine intake has a long-term, delayed effect on the risk of alcoholism. Nicotine exposure during adolescence seems to lead to enhanced consumption of alcohol in adulthood, even years after the termination of nicotine treatment. We thus plan to study the role of different nicotinic receptor subtypes in this delayed vulnerability to alcoholism. We will first assess addictive properties of alcohol in previously nicotine-exposed and non-exposed animals (nicotine 1 – alcohol 2). These experiments will be carried out in knockout mice lacking functional nicotinic receptor subtypes which have been involved in nicotine abuse (a5*, a7*, b2*). Lentivirus-induced reexpression of receptors will be used to restore genotype-dependent deficits. Striatal levels of alcohol and nicotine-induced dopamine release will be measured using in vivo microdialysis in freely moving animals. The synaptic plasticity in the dopaminergic reward system, as well as brain regions involved in spatial (hippocampus) or procedural (striatum) memory, will be assessed with the expression of transcription factors, epigenetic regulations (H3/H4) and electrophysiological measures of long-term potentiation/depression within the hippocampus (spatial memory) or striatum (procedural memory).