Approche épidémiologique de la relation entre exposome alimentaire et vieillissement cérébral. Du nutriment candidat à une approche plus systémique.

par Sophie Lefevre-Arbogast

Projet de thèse en Santé publique Epidémiologie

Sous la direction de Cécilia Samieri.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Bordeaux) , en partenariat avec Bordeaux Research Center for Population Health (laboratoire) et de T4 - Exposition vie entière, santé, vieillissement (equipe de recherche) depuis le 03-10-2016 .


  • Résumé

    Les pathologies du vieillissement cérébral telles que la démence et son étiologie principale, la maladie d'Alzheimer, sont considérées comme l'une des principales crises sanitaires et sociales du XXIème siècle. En l'absence de traitement étiologique, il existe un véritable enjeu à la recherche de facteurs de risques modifiables, sur lesquels baser une stratégie de prévention pour limiter ou retarder le déclin cognitif et la survenue d'une démence. Les facteurs de mode de vie et en particulier, la nutrition, sont des candidats intéressants dont les propriétés pléiotropiques leurs permettent théoriquement d'agir sur plusieurs composantes du vieillissement cérébral : diminuer la charge lésionnelle amyloïde et/ou vasculaire du cerveau, modifier la susceptibilité génétique aux pathologies du vieillissement cérébral, favoriser les mécanismes compensatoires de neurogénèse et de plasticité synaptique. Néanmoins, les études épidémiologiques traditionnelles ont été inconstantes, potentiellement en raison d'une approche par facteur de risque isolé, ignorant la complexité de l'exposition nutritionnelle. Les analyses en métabolomique non ciblée permettent aujourd'hui de mesurer dans le sang des milliers de métabolites et leur application à la recherche épidémiologique est en pleine émergence. L' « épidémiologie des systèmes » ouvre de multiples perspectives pour la découverte de signatures métaboliques des maladies chroniques et de potentielles cibles mécanistiques/moléculaires pour le traitement et la prévention. Dans cette lignée, le métabolome alimentaire, défini comme l'ensemble des métabolites des biofluides issus de la digestion des aliments, permet de mieux mesurer l'exposition alimentaire et ouvre la voie à une nouvelle ère sur la recherche en épidémiologie nutritionnelle. Ce projet de thèse est au cœur de ces approches novatrices et a pour objectif principal l'identification de nouvelles cibles préventives pour la démence et la maladie d'Alzheimer à partir d'une grande cohorte française de sujets âgés, l'étude des 3 Cités (3C). En termes d'agents préventifs, ce travail vise à la découverte d'une combinaison optimale de composés bioactifs nutritionnels permettant de prédire le déclin cognitif ou la survenue d'une démence au cours de 10 à 15 ans de suivi dans un échantillon d'environ 2000 participants de l'étude 3C (centre de Bordeaux). En intégrant les riches données biologiques, comportementales, génétiques et cliniques de 3C, deux objectifs complémentaires seront traités : la compréhension des mécanismes qui sous-tendent la relation entre la signature métabolique identifiée et le vieillissement cérébral (processus neurodégénératif, amyloïde ou plasticité cérébrale) et l'identification de populations vulnérables (génotype particulier, dépression sous-jacente), cibles potentielles pour les études d'intervention préventive. Ce travail mettra à profit des approches complémentaires, tant au niveau de l'analyse en métabolomique (en intégrant les deux techniques majeures du domaine : la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) et la Spectroscopie de Masse (MS)), qu'au niveau du traitement statistique des données, en confrontant différentes méthodologies adaptées aux données de grande dimension (LASSO, Elastic-Net, PLS, Forêts aléatoires). Ce projet s'inscrit dans le cadre de deux collaborations européennes. D'une part, avec le groupe interdisciplinaire de Génoprotéomique de l'université de Liège (Belgique) qui réalise l'analyse en RMN de la cohorte, et d'autre part avec les investigateurs du projet européen D-CogPlast (Identification of Dietary modulators of COGnitive ageing and brain PLASTicity and proof of concept of efficacy for preventing/reversing cognitive decline), pour lequel nous sommes leaders du premier work package dédié à la phase de découverte (thèse financée dans le cadre de ce projet)

  • Titre traduit

    Epidemiological study of the food exposome and brain aging. From candidate nutrient to a more systemic approach.


  • Résumé

    *