Grottes ornées paléolithiques : espaces naturels, espaces culturels, art et déterminisme. Apport des modélisations, l'exemple de Lascaux et de Cussac

par Armance Jouteau

Projet de thèse en Préhistoire

Sous la direction de Jacques Jaubert et de Delphine Lacanette.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sciences et environnements , en partenariat avec De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (Talence) (laboratoire) et de Archéologie de la mort, des rites et des symboles (equipe de recherche) depuis le 25-09-2017 .


  • Résumé

    Interpréter l'art pariétal préhistorique passe par l'appréhension globale des témoignages visuels apposés sur les parois, mais en faisant intervenir plusieurs paramètres. La cavité elle-même joue obligatoirement un rôle et, si oui, lequel ? En gravant ici, en peignant là, en superposant des figures de petites dimensions ici, en mettant en scène de grandes fresques là, cherche-t-on à marquer le lieu ou à le présenter aux autres ? Le lieu lui-même dicte-t-il ces choix ? Dans ce sujet, on se propose en premier lieu de cerner les éléments qui, par l'étude taphonomique, permettent de retrouver le cadre d'origine et la chronologie des événements. Dans un second temps, il faut envisager l'humain dans cet espace. Pour ce faire, les outils de modélisation peuvent, doivent intervenir : se déplacer (seul ou à plusieurs) avec les moyens d'éclairage de l'époque et/ou l'écholocation, quelles couleurs sont-elles perçues selon les ondes lumineuses et les distances, quel graphisme sera t-il le plus perceptible ?

  • Titre traduit

    Paleolithic rock art: natural spaces, cultural spaces, art and determinism. Modeling contribution on the Lascaux and Cussac examples


  • Résumé

    Interpreting rock art requires a global apprehension of the visual occurrences on the cave walls, but involving several parameters. Does the cave itself play a role and, if so, which one? In engraving here, by painting there, by superimposing figures of small dimensions here, by staging large frescoes there, is one trying to mark the place or present it to others? Does the place itself dictate these choices? In this subject, it is first proposed to identify the elements which, through the taphonomic study, make it possible to find the original framework and the chronology of events. In a second step, we must consider the human in this space. To do this, the modelling tools can be used: move (alone or with others) with the lighting means of the time and / or the echolocation, what colours are perceived according to the light waves and distances, what graphics will be most noticeable?