Le « projet de ville » au XXIe siècle : modèle et utopie dans l'urbanisme mondialisé. Récits, références et mises en œuvre dans les projets de ville ex nihilo et les projets de ville existante en transformation.

par Louise Jammet

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Guy Tapie.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Centre Emile Durkheim (laboratoire) .


  • Résumé

    Conséquence d'un demi-siècle d'étalement urbain et de délaissement des centres-villes, beaucoup d'agglomérations occidentales sont jugées obsolètes et inefficaces tandis que dans les pays du Sud les mégapoles urbaines se multiplient et ne cessent de s'étendre. Ces deux phénomènes sont source de projets de grande ampleur dont nous interrogeons la part d'utopie qu'ils incorporent et leur inscription dans des modèles urbains. À partir de ces deux concepts présents aux origines des débats sur la ville idéale, la thèse éclaire la fabrication actuelle des mondes urbains en devenir en interrogeant les villes pensées, théorisées et en construction au XXIe siècle via une étude de cas. Nous formalisons le « projet de ville » afin de rendre compte d'aspects inédits dans les processus de planification contemporains pour la transformation ou la création de villes entières. Ces processus s'inscrivent dans les agendas de gouvernements et articulent des représentations de la ville et de la société idéales dans une temporalité de moyen à long terme. Deux types se distinguent : les projets de ville ex nihilo, portant sur la création de villes nouvelles principalement situées dans les pays du Sud dont l'urbanisation progresse rapidement ; les projets de ville existante en transformation, concernant majoritairement les villes du Nord où les processus d'urbanisation ralentissent. Un état de l'art met en résonance le contexte contemporain avec cinq siècles de débats idéologiques et scientifiques sur la ville et la société idéales ainsi que sur les manières de les concevoir et les réaliser. Nous retraçons une histoire des études et des théories sur la ville et sa production jusqu'à l'urbanisme contemporain compris dans des logiques de compétitivité économique et les problématiques du développement durable, dans un contexte de néolibéralisation des politiques publiques. L'étude de cas de huit projets de ville révèle la diversité géographique de l'objet à l'échelle internationale. Ils incluent quatre projets de ville ex nihilo: Xixian New Area (Chine), Amaravati (Inde), Masdar City (Émirats Arabes Unis), Konza Technopolis (Kenya); et quatre projets de ville existante en transformation: Imagine Boston 2030 (USA), Hong Kong 2030+ (Chine), Nairobi 2030 (Kenya), Bordeaux Métropole 2050 (France). Nous combinons une étude documentaire systématique à une enquête par entretiens semi-directifs et des observations ciblés. L'exploration empirique révèle les singularités locales propres aux contextes politique, économique et culturel aux prises avec des dynamiques mondialisées. L'analyse comparative et transversale met en lumière trois caractéristiques communes aux cas : la mise en récit des projets de ville les place en moteur des changements urbains et politiques anticipés, et promet un futur idéal ; des références types, symboliques et matérielles, constituent la matière des projets ; la conception opérationnelle reflète les logiques et les stratégies d'assemblages des ressources mobilisées en fonction des contextes locaux. L'analyse montre que l'urbanisme contemporain a une faible portée théorique et s'éloigne des principes de l'utopie en raison de la prééminence d'injonctions et d'ambitions conservatrices. Elle révèle aussi que les pratiques de conception entravent la capacité à faire émerger de nouveaux modèles urbains. La combinaison des références qui circulent se substitue à la formulation théorique de modèles urbains et l'opérationnalisation, réduite à des principes de régulation, est détachée d'une volonté de redéfinition des doctrines urbanistiques. La thèse apporte une lecture critique d'un corpus de travaux scientifiques et de cas français et internationaux dans le champ de la recherche urbaine française. Grâce aux outils de la sociologie urbaine et de l'analyse spatiale elle contribue à la réflexion sur les théories, les idéologies et les savoirs dans le domaine transdisciplinaire et internationalisé de la production de la ville au XXIe siècle.

  • Titre traduit

    The 'City Project' in the 21st Century: Model and Utopia in the age of Globalised Urbanism. Narratives, References and Applications in Ex Nihilo City Projects and City Projects for Transforming Existing Cities.


  • Résumé

    As a result of a half century of urban sprawl and the neglect of city centres, many Western cities are judged to be obsolete and inefficient, while in the Global South, megacities are multiplying and constantly expanding. These two phenomena give rise to city-scale projects whose relation to urban models and whose utopian content we question in this dissertation. Based on these two concepts dating from the origins of debates about the ideal city, this research explores the current production of future urban worlds by studying cities that are thought about, theorised and under construction in the 21st century. We formulate the concept of 'city project' to address novel aspects of contemporary planning processes for the transformation or creation of entire cities. These processes are part of governments' agendas and articulate representations of the ideal city and society in the mid- to longterm perspectives. Two types can be identified: ex nihilo city projects, which concern projects for the creation of entirely new urban entities, mainly located in the Global South where urbanisation is rapidly increasing; and projects for transforming existing cities, which mainly concern the cities of the North where the urbanisation process is slowing down. A literature review situates the contemporary context in relation to five centuries of ideological and scientific debates on the ideal city and society as well as on the ways of designing and achieving them. We trace a history of studies and theories on the city and its production up to contemporary urbanism, understood through the logics of economic competition and the challenges of sustainable development, in the context of public policy neoliberalisation. Case studies of eight city projects reveal the geographical diversity of the subject on an international scale. We combine a systematic literature review with a survey of semi-structured interviews and observations. The cases include four ex nihilo city projects: Xixian New Area (China), Amaravati (India), Masdar City (United Arab Emirates), Konza Technopolis (Kenya); and four projects for transforming existing cities: Imagine Boston 2030 (USA), Hong Kong 2030+ (China), Nairobi 2030 (Kenya), Bordeaux Métropole 2050 (France). Empirical exploration reveals local singularities specific to political, economic and cultural contexts as they confront globalized dynamics. Comparative and transversal analysis highlights three characteristics common to the cases: the use of narrative casts the city projects as the driving force of anticipated urban and political changes, and promises an ideal future; normative, symbolic and material references constitute working matter for the projects; the operational apparatus reflects the logics and strategies for combining resources mobilised in accordance with the local context. Our analysis shows that contemporary urbanism has a weak theoretical scope and has drifted away from utopian principles because of the pre-eminence of conservative injunctions and ambitions. It also reveals that design practices hinder the ability to develop new urban models. Combining widely available references replaces the theoretical formulation of urban models, while operationalisation, reduced to regulatory principles, is detached from a desire to redefine urbanistic doctrines. Addressing the field of French urban research, this dissertation provides a critical reading of a broad corpus of studies and theories and of French and international case studies. Using the tools of urban sociology and spatial analysis, it contributes to the discussion about theories, ideologies and knowledge in the transdisciplinary and internationalised field of the production of the city in the 21st century.