Etre au milieu : groupes de revenues intermédiaires et leurs formes (et absences) de mobilization en Ouganda

par Anna FICHTMüLLER

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Dominique Darbon.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Les Afriques dans le monde (Pessac, Gironde) (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette thèse vise à une double de-construction : celle de la notion « classe moyenne » dans un contexte africain et l'espoir énoncé qu'une telle classe serait un moteur de la démocratisation. Choisissant avec l'Ouganda une économie solide, mais pas non plus avancée, nous pouvons examiner la question de « Africa rising » loin de la médiatisation des grandes économies du continent. À l'aide d'une enquête qualitative nous étudions la vie, les conditions de vie et les trajectoires des individus qui appartient à ce que la banque africaine du développement décrit comme « classe moyenne ». Nous essayons de voir s'il est possible de déceler des traits caractéristiques « classe moyenne » qui pourront nous permettre de mieux comprendre ces groupes, et de parler des classes plutôt que des strates économiques. Dans une deuxième étape nous procéderons à analyser leurs attitudes politiques, leur comportement électoral, leur participation politique et leurs point de vue sur les protestations qui ont eu lieu dans le pays. Voyant qu'ils s'abstiennent politiquement alors qu'ils ont des attitudes très critiques envers le régime politique nous tournons vers leurs activités de loisir. La littérature sur les mobilisations sociales a montré que ces derniers sont des lieux importants pour créer des environnements de ce qui pourra déboucher sur des mobilisations politiques. Nous analysons les activités, les valeurs négociées, les attitudes exprimées et les préférences révélées pour tenter de trouver des preuves qui pourront suggérer que ces groupes s'investiront pour plus de démocratie, grâce à leur statut de « classe moyenne ».

  • Titre traduit

    Being In-between: Middle Income Groups and Their Forms (and Absences) of Mobilization in Uganda


  • Résumé

    This thesis aims at a double deconstruction: of the applicability of the notion of middle class in the African context and the hopes for it to be a motor of democratization, that are sometimes attached. Choosing a good, but average economic performer like Uganda, allows us to examine the hype of “Africa rising” beyond the continent's economic giants. Through a qualitative study of the lives, livelihoods and life trajectories of Ugandans who would economically belong the middle class, according to the African Development Bank, we try to see whether we can single out specific middle class characteristics, that would allow us to better understand this strata and determine whether we can speak of a class or mere income groups. We then proceed to analyze their political attitudes, voting behavior, participation and their point of view on protest in Uganda. Finding that they are rather critical of the current regime, but abstaining from political participation, we eventually turn to their leisure activities – an important vector that can feed into social mobilization once it takes place – to analyze the values negotiated, the attitudes expressed and the preferences manifested, in order to find any evidence that will suggest that these groups will contribute positively to democratization, due to their middle class status.