Approche longitudinale de l'ajustement psychosocial des étudiants primo-entrants en contexte universitaire : une question de transition vers l'âge adulte

par Basilie Chevrier

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Lyda Lannegrand-Willems.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Bordeaux) , en partenariat avec Laboratoire de psychologie (Bordeaux) (laboratoire) depuis le 09-09-2016 .


  • Résumé

    Les conditions de vie des étudiants, ainsi que leur réussite académique, sont une priorité pour le gouvernement, les universités et les mutuelles étudiantes. En effet, des études épidémiologiques, descriptives, de grande ampleur se multiplient (exemple, I-Share, Emevia). Elles soulignent le mal-être vécu par les étudiants et l'importance de la famille. Le bien-être y est manquant. Des travaux récents, en psychologie du développement, mettent en avant l'importance de considérer l'étudiant comme vivant une période de transition spécifique comprenant des questions relatives à la relation avec les parents, à l'environnement familial, aux liens d'attachement et à la transition d'habitation. Envisager l'étudiant et son environnement d'un point de vue systémique et développemental n'a pas encore été réalisé en France. L'approche systémique du développement permet de considérer le temps des études comme une période présentant ses propres spécificités et donc de s'intéresser aux processus développementaux sous-jacents qui vont permettre à l'étudiant de s'adapter au nouveau contexte que représente l'université. Les objectifs scientifiques du présent projet consistent à (1) dégager et caractériser des profils de relation aux parents, d'environnement familial, de transition d'habitation et d'attachement chez les étudiants primo-entrants, (2) en voir leur évolution et examiner les trajectoires développementales des dimensions relatives à la relation aux parents, à l'environnement familial et à la transition d'habitation au cours des deux premières années universitaires, afin (3) d'identifier les trajectoires d'adaptation au nouveau contexte que représente l'université en considérant à la fois un ajustement positif (estime de soi et bien-être) et négatif (symptomatologie anxio-dépressive). Auprès d'étudiants primo-entrants inscrits dans les universités de la région Nouvelle Aquitaine, des questionnaires auto-reportés permettront d'évaluer la qualité de la relation parents- étudiant, l'environnement familial et les liens d'attachement des étudiants. Le protocole sous forme de questionnaires comprendra également le recueil de variables sociodémographiques, ainsi que les informations concernant la transition d'habitation de l'étudiant. Il comprendra enfin des mesures de l'ajustement psychosocial classiquement représenté via les dimensions de l'estime de soi, de la symptomatologie anxio-dépressive et des résultats académiques, et un questionnaire de bien-être. Sur un versant plus qualitatif, des entretiens visant à identifier et caractériser dans le discours l'évolution de l'adaptation seront réalisés. Les objectifs scientifiques du projet supposent la mise en place d'une étude longitudinale durant les deux premières années universitaires. Lors de la première année, 3 recueils de données par questionnaires et par entretiens seront réalisés : un 1er au mois de septembre-octobre (entrée à l'université), un 2ème au mois de janvier-février (après le premier semestre) et un 3ème au mois de mai- juin (après le second semestre). Lors de la deuxième année, 2 recueils seront réalisés de la même manière : un 4ème au mois de janvier-février (après le troisième semestre) et un 5ème au mois de mai- juin (après le quatrième semestre). L'étude débutera en septembre 2017 afin de mettre en place le protocole durant l'année précédente. Au total 5 temps de mesure auprès d'étudiants primo-entrants permettront l'analyse de l'évolution des profils de relation aux parents, d'environnement familial, de transition d'habitation, à la lumière des modèles de l'attachement, puis leur mise en relation avec les dimensions positive et négative de l'ajustement psychosocial. Ce projet vise donc, en complément des enquêtes déjà existantes, à répondre aux enjeux liés aux questions de mal-être et de bien-être chez les étudiants primo-entrants et à analyser finement l'évolution dynamique de leur adaptation au contexte universitaire. D'un point de vue scientifique, la mise au jour des différents profils de relation aux parents, d'environnement familial et de transition d'habitation, et leurs liens avec l'ajustement psychosocial permettront à la fois d'identifier les configurations conduisant à une adaptation réussie au contexte universitaire, et à cibler des profils à risque quant à l'échec et au mal-être. Du point de vue des retombées, l'identification de ces profils, ainsi que l'analyse des discours, devraient permettre de proposer des actions de prévention et d'accompagnement visant à promouvoir un ajustement favorable et donc le bien-être des étudiants.

  • Titre traduit

    Longitudinal study of first-year students' psychosocial adjustment in university context: question of transition to adulthood


  • Résumé

    Les conditions de vie des étudiants, ainsi que leur réussite académique, sont une priorité pour le gouvernement, les universités et les mutuelles étudiantes. En effet, des études épidémiologiques, descriptives, de grande ampleur se multiplient (exemple, I-Share, Emevia). Elles soulignent le mal-être vécu par les étudiants et l'importance de la famille. Le bien-être y est manquant. Des travaux récents, en psychologie du développement, mettent en avant l'importance de considérer l'étudiant comme vivant une période de transition spécifique comprenant des questions relatives à la relation avec les parents, à l'environnement familial, aux liens d'attachement et à la transition d'habitation. Envisager l'étudiant et son environnement d'un point de vue systémique et développemental n'a pas encore été réalisé en France. L'approche systémique du développement permet de considérer le temps des études comme une période présentant ses propres spécificités et donc de s'intéresser aux processus développementaux sous-jacents qui vont permettre à l'étudiant de s'adapter au nouveau contexte que représente l'université. Les objectifs scientifiques du présent projet consistent à (1) dégager et caractériser des profils de relation aux parents, d'environnement familial, de transition d'habitation et d'attachement chez les étudiants primo-entrants, (2) en voir leur évolution et examiner les trajectoires développementales des dimensions relatives à la relation aux parents, à l'environnement familial et à la transition d'habitation au cours des deux premières années universitaires, afin (3) d'identifier les trajectoires d'adaptation au nouveau contexte que représente l'université en considérant à la fois un ajustement positif (estime de soi et bien-être) et négatif (symptomatologie anxio-dépressive). Auprès d'étudiants primo-entrants inscrits dans les universités de la région Nouvelle Aquitaine, des questionnaires auto-reportés permettront d'évaluer la qualité de la relation parents- étudiant, l'environnement familial et les liens d'attachement des étudiants. Le protocole sous forme de questionnaires comprendra également le recueil de variables sociodémographiques, ainsi que les informations concernant la transition d'habitation de l'étudiant. Il comprendra enfin des mesures de l'ajustement psychosocial classiquement représenté via les dimensions de l'estime de soi, de la symptomatologie anxio-dépressive et des résultats académiques, et un questionnaire de bien-être. Sur un versant plus qualitatif, des entretiens visant à identifier et caractériser dans le discours l'évolution de l'adaptation seront réalisés. Les objectifs scientifiques du projet supposent la mise en place d'une étude longitudinale durant les deux premières années universitaires. Lors de la première année, 3 recueils de données par questionnaires et par entretiens seront réalisés : un 1er au mois de septembre-octobre (entrée à l'université), un 2ème au mois de janvier-février (après le premier semestre) et un 3ème au mois de mai- juin (après le second semestre). Lors de la deuxième année, 2 recueils seront réalisés de la même manière : un 4ème au mois de janvier-février (après le troisième semestre) et un 5ème au mois de mai- juin (après le quatrième semestre). L'étude débutera en septembre 2017 afin de mettre en place le protocole durant l'année précédente. Au total 5 temps de mesure auprès d'étudiants primo-entrants permettront l'analyse de l'évolution des profils de relation aux parents, d'environnement familial, de transition d'habitation, à la lumière des modèles de l'attachement, puis leur mise en relation avec les dimensions positive et négative de l'ajustement psychosocial. Ce projet vise donc, en complément des enquêtes déjà existantes, à répondre aux enjeux liés aux questions de mal-être et de bien-être chez les étudiants primo-entrants et à analyser finement l'évolution dynamique de leur adaptation au contexte universitaire. D'un point de vue scientifique, la mise au jour des différents profils de relation aux parents, d'environnement familial et de transition d'habitation, et leurs liens avec l'ajustement psychosocial permettront à la fois d'identifier les configurations conduisant à une adaptation réussie au contexte universitaire, et à cibler des profils à risque quant à l'échec et au mal-être. Du point de vue des retombées, l'identification de ces profils, ainsi que l'analyse des discours, devraient permettre de proposer des actions de prévention et d'accompagnement visant à promouvoir un ajustement favorable et donc le bien-être des étudiants.