L'insertion professionnelle des jeunes marocains diplômés en France après leur retour au pays d'origine

par Adil Aharbil

Projet de thèse en Démographie

Sous la direction de Christophe Bergouignan et de Aomar Ibourk.

Thèses en préparation à Bordeaux en cotutelle avec l'Université Cadi Ayyad , dans le cadre de Entreprise Économie Société , en partenariat avec Centre de droit comparé du travail et de la sécurité sociale (Pessac, Gironde) (laboratoire) depuis le 14-10-2016 .


  • Résumé

    La migration pour études au départ du Maroc est un phénomène ayant débuté depuis les années 1950, les établissements d'enseignement supérieur étant alors peu nombreux dans le pays et ne couvrant pas toutes les discipline proposées dans l'enseignement supérieur des pays développés. Depuis, l'offre marocaine de formation supérieure s'est fortement élargie conjointement à l'accès de plus en plus important des nouvelles générations de Marocains à l'enseignement secondaire. Cela n'a pourtant pas empêché les flux de jeunes Marocains allant étudier à l'étranger de poursuivre leur croissance, l'engorgement des filières, leur insuffisante spécialisation et le prestige des universités du monde développé étant à l'origine de cette contradiction apparente. La France, mais aussi les autres pays Arabes , constituent les espaces de destination privilégiés des étudiants marocains. Ce projet de doctorat s'attache à vérifier la réalité des croyances à l'origine de ces parcours migratoires, en mesurant la proportion de retours effectifs, et l'insertion professionnelle des jeunes Marocains diplômés en France, qu'ils aient ou non effectué une migration de retour au Maroc. Plus précisément, on tentera de répondre aux questions suivantes : Quelle est la proportion de retour effectif au Maroc des étudiants marocains diplômés en France ? Quels sont les déterminants de ce retour au Maroc des diplômés marocains en France ? Le retour au Maroc des marocains diplômés en France, conduit-il à une meilleure insertion professionnelle que l'installation durable en France ? L'obtention d'un diplôme en France, donne-t-il plus de chance de trouver un emploi après le retour au Maroc, par apport aux diplômés nationaux ? Les employeurs au Maroc opèrent ils une discrimination au recrutement basée sur le lieu d'obtention du diplôme (Maroc ou bien France) ? Est-ce que l'expérience professionnelle en France des Marocains qui y ont obtenu un diplôme a un impact positif sur l'accès au marché du travail au Maroc ? Ces caractéristiques associant parcours migratoire et insertion professionnelle diffèrent elles en fonction du type d'études entreprise (université/écoles ; spécialité disciplinaire) ? Quel regard les Marocains diplômés en France (rentrés ou non au Maroc), portent-ils sur leur parcours migratoire, universitaire et professionnel ?

  • Titre traduit

    The professional integration of young Moroccan graduates in France after their return to the country of origin


  • Résumé

    Migration for studies from Morocco is a phenomenon that began in the 1950s, as there were few higher education institutions in the country and did not cover all the disciplines offered in higher education in developed countries. Since then, Morocco's offer of higher education has expanded significantly, in line with the increasing access of Moroccan new generations to secondary education. However, this has not prevented the flow of young Moroccans studying abroad from continuing their growth, the bottlenecks of sectors, their insufficient specialization and the prestige of the universities of the developed world being at the origin of this apparent contradiction. France, but also other Arab countries, are the preferred destination for Moroccan students. This doctoral project aims to verify the reality of the beliefs behind these migration routes, by measuring the proportion of actual returns, and the professional integration of young Moroccan graduates in France, whether or not they have done a job. return migration to Morocco. Specifically, we will attempt to answer the following questions: What is the proportion of Moroccan students returning to Morocco who have graduated in France? What are the determinants of this return to Morocco of Moroccan graduates in France? The return to Morocco Moroccan graduates in France, leads to a better professional integration than the sustainable installation in France? Does obtaining a diploma in France give more chances to find a job after returning to Morocco, by contributing to national graduates? Do employers in Morocco discriminate against recruitment based on the place of graduation (Morocco or France)? Does the professional experience in France of Moroccans who have graduated from it have a positive impact on access to the labor market in Morocco? These characteristics associating migratory course and professional insertion differ according to the type of studies undertaken (university / schools, disciplinary specialty)? What look do Moroccans graduating in France (whether or not they have returned to Morocco) focus on their migratory, academic and professional background?