Analyse de l'activité réelle des enseignants-tuteurs lors de l'entretien-conseil : peut-on avancer des pistes pour la construction d'outils méthodologiques de régulation à mettre à disposition des tuteurs ?

par Nicolas Gaudillere

Projet de thèse en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Denis Loizon.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec IREDU - Institut de Recherche sur l'Education (laboratoire) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Il s'agit d'analyser l'activité réelle des enseignants-tuteurs lors de l'entretien-conseil. Nous chercherons à faire émerger et à caractériser les incohérences décisionnelles qui apparaissent au cours de cette séquence spécifique à partir des concepts de la didactique clinique. A l'issue de ce travail d'analyse, nous tenterons de dégager des pistes pour la construction d'outils méthodologiques de régulation mettre à disposition des tuteurs. Nous envisageons donc notre travail de recherche en trois temps. Dans un premier temps, il s'agit de tenter de formaliser une partie des logiques de transmissions qui peuvent se mettre en œuvre à l'aide d'une schématisation en arborescence basée sur l'alternative continuité entre les intentions et les décisions (DC) ou rupture entre celles-ci (DR). Une représentation graphique de ces choix en cascades nous permet de graduer le niveau d'écart entre l'intention initiale, formulée avant le commencement de la séquence de régulation, et les décisions prises au cours de la dernière phase de la régulation, l'entretien-conseil. Dans un second temps nous nous intéresserons à l'analyse de ces écarts. Dans notre cadre théorique, ces écarts sont répertoriés dans trois catégories : les concessions à l'interaction proprement dite et qui permettent de maintenir le contrôle de l'échange, les ajustements qui vont permettre dans l'urgence de mettre en place des options plus pertinentes que celles initialement prévues. La dernière part est celle qui intervient à l'insu des formateurs (écarts de type 3). Notre tâche sera alors de manipuler les concepts de la didactique clinique que nous avons retenus pour comprendre les logiques à l'œuvre et aborder ainsi les écarts qui résistent à une explication cohérente : la conversion didactique, le sujet supposé savoir, l'impossible à supporter, la référence nous permettent ils de comprendre la division apparemment inexpliquée du sujet entre ses intentions et ses décisions ? Nous nous intéresserons alors à la mise en place d'un troisième temps, celui de l'intégration des résultats dans une boucle de feedback. C'est là une dimension particulière que nous voulons donner à notre travail de thèse. Un premier niveau de régulation de l'activité de conseil peut être expérimenté auprès des sujets eux-même afin de leur permettre d'accéder à la compréhension de leur propre activité. Une fois l'activité réelle ramenée à la surface de la dynamique observable, comment la qualifier, la quantifier ? A quoi la comparer ? Une première formulation « d'activité efficiente » nous permet de répondre à la nécessité pour le tuteur reconnu institutionnellement de participer à la titularisation du stagiaire dans le temps administratif imparti. Et implicitement à sa volonté de se sentir utile pour son stagiaire, pour sa discipline, pour sa profession. Est-ce que l'analyse de l'activité réelle révèle des dynamiques qui vont dans ce sens , qui se dispersent, qui s'annulent ? Nous reprenons là les termes de notre logique de recherche de l'activité réelle. Mais avec la finalité de l'inscrire dans une visée formative : comment pouvons-nous permettre aux enseignants-tuteurs eux-mêmes de prendre conscience de l'existence de ce dédoublement de dynamique ?

  • Titre traduit

    An analysis of the true input of a personal tutor during a one to one mentoring session. Would it be possible to advance the lines of enquiry or analysis through the development of a standard set of methodological tools which could be made available


  • Résumé

    Through analysing the true input of a personal tutor during a one to one mentoring session with a student, we are looking for and attempting to categorize eventual decisional inconsistencies which arise during this specific stage due to a clinical didactic approach. Having analysed the mentoring stage, we intend to create a standardised set of methodological tools to be made available to personal tutors. We envisage that this work will consist of three stages. Firstly, we will attempt to formalise a part of the logics of transmission through graphs based on the irregularities between the intentions and decisions and an eventual rupture between the two. A graphic representation of this will enable us to gauge the differences between the initial intention which had been formulated before the standardised regulatory meeting and the decision made during the mentoring session. Secondly, we will investigate these differences. In our theoretical framework, these differences will fall into one of three categories: concessions made during the interactive stage which allow the tutor to remain in control of the discussion, the adjustments made on spec which are more pertinent than those initially chosen. The final category is elements that appear which were out of the personal tutor's control (difference type 3). Our task will be to manipulate the clinical didactic concepts that we have chosen to understand the logic used and to look into the differences that exist that do not have a coherent explanation to them: didactical conversion, the supposed known subject, incapacity to withstand the impossible, do the references allow us to understand the apparently inexplicable division of the subject between the initial intentions and the decisions? We will then look into the installation of a third phase, that of the integration of the results into a feedback loop. This is where we would like to give our work on the thesis a special dimension. On a first level the standardisation of the advisory activity could be experimented with real subjects allowing them access to an understanding of their own activity. Once the activity has been brought to the surface of an observable dynamic, how can it be either quantified or characterised? What can it be compared to? A first formulation of “an efficient activity” will enable us to reply to the recognised institutional necessity of a personal tutor to participate in accrediting the student within an allocated administrative time. And implicitly the tutor's wish to feel useful for his/her student, for the subject taught and for the profession. Does the analysis of the true activity reveal dynamics that are in keeping with this, or do they diverge or cancel themselves out? It is here that we come back to the terms of our search logic of the true input. However, this is with the aim of incorporating it in an instructive objective; how can we let personal tutors themselves become aware that there is the existence of a cleavage in the dynamic?