Les nouvelles monadologies. usages de la philosophie leibnizienne en sociologie et en psychologie en france au xixème siècle.

par Gauthier Autin

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Frédéric Brahami.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    Cette thèse entend expliquer le renouveau et le regain d'intérêt dont jouit la philosophie leibnizienne dans la france du xixème siècle. après avoir été bannie du territoire français par les penseurs des lumières qui lui préfèrent l'empirisme de locke, elle revient en effet au premier plan de la scène philosophique nationale grâce, notamment, aux travaux de maine de biran et de victor cousin. a l'orée du xxème siècle, la doctrine des monades connaîtra même une renaissance spectaculaire puisque gabriel tarde et charles renouvier publieront, presque simultanément, de 'nouvelles monadologies' qui étendront l'application de ce concept aux sciences humaines. c'est donc cette résurgence de la monadologie leibnizienne et l'usage qui en est fait dans le champ des sciences humaines que nous souhaiterions analyser. trois axes de réflexion structureront notre approche : a)tout d'abord, il nous faudra retracer le contexte théorique dans lequel la monadologie leibnizienne est reçue. celle-ci est invoquée au cours de deux débats successifs qui mettent toujours en jeu la notion d'individu : d'abord la querelle du panthéisme qui agite la france au début du siècle, puis le débat sur l'individualité biologique qui s'ouvre avec la découverte de la théorie cellulaire. b) ensuite, il conviendra d'analyser l'héritage 'psychologique' de leibniz. la théorie des petites perceptions et la notion d'automatisme spirituel sont en effet mobilisées tout au long du xixème siècle pour définir ce qu'elisabeth roudinesco appelle 'l'inconscient à la française'. c)enfin, nous nous attacherons à déterminer l'héritage 'sociologique' de leibniz qui est revendiqué par renouvier et surtout par tarde. nous voudrions montrer comment celui-ci s'appuie sur leibniz pour opposer à durkheim une autre conception de la sociologie et de la société, laquelle n'est plus saisie de l'extérieur comme une chose statique et immobile mais de l'intérieur, en suivant le mouvement qui la constitue et la reconfigure perpétuellement.


  • Pas de résumé disponible.