« Tiques et agents pathogènes transmis en Corse, milieu insulaire méditerranéen »

par Sébastien Grech-Angelini

Projet de thèse en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Sara Moutailler et de Frederic Stachurski.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé (2015-.... ; Paris) , en partenariat avec Biologie moléculaire et immunologie parasitaires (laboratoire) depuis le 01-04-2018 .


  • Résumé

    La Corse est une région d'élevage d'extensif (bovins, ovins, caprins et porcins) où les interactions entre l'homme, les animaux domestiques et la faune sauvage sont multiples et permanentes, créant ainsi un contexte propice à la circulation des agents pathogènes transmis par les tiques, parmi lesquels de nombreux agents zoonotiques. Les tiques et les agents pathogènes qu'elles transmettent n'avaient fait l'objet d'aucune étude exhaustive en Corse. Le cheptel bovin insulaire, élevé dans un état de “semi-liberté”, est apparu comme un modèle approprié pour faire un premier état des lieux. Durant une année, 1 938 tiques ont été collectées dans les trois abattoirs bovins de l'île. Huit espèces de tiques ont été identifiées : Rhipicephalus (Rh.) bursa (56% des tiques prélevées), Hyalomma (Hy.) marginatum (21%), Hy. scupense (9%), Ixodes (I.) ricinus (6%), Haemaphysalis (Ha.) punctata (5%), Rh. sanguineus sensu lato (2%), Rh. (Boophilus) annulatus (0,7%) et Dermacentor (D.) marginatus (0,3%). Le taux d'infestation des bovins est resté élevé toute l'année, et plusieurs espèces de tiques ont montré des variations saisonnières de leur activité. Des collectes sur d'autres espèces d'animaux domestiques et sauvages ont permis d'identifier une espèce supplémentaire, Ha. sulcata, et quelques préférences d'hôtes. Une puce à PCR microfluidiques en temps réel à haut débit a permis la recherche de 39 agents pathogènes (27 bactéries et 12 espèces de parasites) dans des pools composés de une à cinq tiques. Plus de 55% des pools étaient porteurs d'au moins un micro-organisme potentiellement pathogène. Les bactéries du genre Rickettsia (34%) ont été les plus souvent identifiées, suivies par celles du genre Anaplasma (22%) et Borrelia (8%) et par les parasites du genre Babesia (3%). Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée Congo (CCHF) et le parasite Theileria annulata ont été recherchés individuellement dans leur tique vectrice respective avec un résultat négatif dans les deux cas.

  • Titre traduit

    "Ticks and Tick-borne pathogens from Corsica, a Mediterranean island environment"


  • Résumé

    Corsica is a French Mediterranean island where livestock farming is an important economic activity (sheep, goats, pigs and cattle); it is of an extensive type and animals are often in contact with wildlife. Therefore in this context, important interactions occur between livestock, wildlife and humans in a small area, which certainly favours the circulation of tick-borne pathogens, including zoonotic ones. Neither the tick fauna nor the pathogens they transmit have been systematically investigated in the French Mediterranean island of Corsica. Cattle were chosen as a model host to investigate the Corsican tick fauna because its farming system is still of a very extensive type. For one year, 1,938 ticks were collected from cattle in the three Corsican cattle slaughterhouses. Eight tick species were found infesting cattle: Rhipicephalus bursa (56% of the collected ticks), Hyalomma (Hy.) marginatum (21%), Hy. scupense (9%), Ixodes (I.) ricinus (6%), Haemaphysalis (Ha.) punctata (5%), Rh. sanguineus sensu lato (2%), Rh. (Boophilus) annulatus (0.7%) and Dermacentor (D.) marginatus (0.3%). The cattle infestation rate remained high all year and several tick species showed seasonal variation of their activity. Comparing ticks found on cattle with those collected on other animals, several host preferences were shown and another species, Ha. sulcata, was found. A real-time PCR chip was used for high-throughput microfluidic real-time PCR amplification. This advanced methodology permitted the simultaneous detection of 27 bacterial and 12 parasitic species in pools consisted in one to five ticks. More than 55% of the pools were contaminated by at least one potentially pathogenic microorganism. Bacteria from the genus Rickettsia were the most identified (34%), followed by them from the genus Anaplasma (22%) and Borrelia (8%) and by the parasitic agent from the genus Babesia (3%). The Crimean- Congo haemorrhagic fever (CCHF) virus and the parasitic agent Theileria annulata were detected individually in their respective vector species, and both results were negative.