Évaluation mécanique par la méthode des éléments finis des prothèses amovibles partielles à base métallique implanto-retenues compensant des édentements en extension de classe 1 et 2 de kennedy

par Polnareph Raphaël WAKAM KOUAM

Projet de thèse en Sciences de la vie et de la sante

Sous la direction de Jean-Pierre Attal.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Galilée (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 29-03-2018 .


  • Résumé

    Le projet de recherche du doctorant est axé sur l’évaluation mécanique par la méthode des éléments finis des prothèses amovibles partielles à base métallique (PAPBM) Co-Cr implanto-retenues compensant des édentements en extension de classes I et II de Kennedy. En prothèse amovible partielle, la PAPBM classique est la plus répandue en clinique. Mais son caractère amovible, son instabilité générée par ses déplacements sur les surfaces dentaires et ostéo-muqueuses lors des mouvements mandibulaires ; ainsi que l’effet disgracieux des éléments métalliques visibles, le volume et l’encombrement de la prothèse, en font une solution de plus en plus rejetée par les patients ; ou acceptés par défaut faute de moyens financiers pour prétendre à une solution plurale fixe dento ou implanto-portée. La PAPBM implanto-retenue qui consiste en une PAPBM clipsée sur un ou deux implants dans le secteur édenté à l'aide de systèmes d'attachements adaptés est une nouvelle approche fondée essentiellement sur l’expérience clinique des praticiens. Son l’intérêt réside en la possibilité de proposer une prothèse amovible retenue par un nombre limité d’implants, abaissant ainsi le coût financier tout en augmentant la stabilité des prothèses en bouche lors des mouvements masticatoires et donc le confort du patient. De plus, la possibilité de diminuer voire de supprimer les crochets métalliques présents sur les faces vestibulaires visibles des dents permettrait de répondre également aux exigences esthétiques actuelles des patients. Mais aucune règle de conception n'est formellement établie pour ce type de prothèse, ce qui soulève de nombreuses questions cliniques telles que : Quel type d'attachement utiliser? Où positionner l'implant sur l'arcade dans le secteur édenté? Quelle incidence sur les dents bordant l’édentement ? Quels sont les risques de résorption osseuse? Ce projet de recherche fait suite à son stage de master 2 réalisé l’année dernière dans le même laboratoire.


  • Pas de résumé disponible.