Système éducatif, langues et cultures indigènes en Bolivie : construction d'un modèle de société et d'une histoire commune (1955-2010)

par Paloma Andrade

Thèse de doctorat en Études hispano-américaines

Sous la direction de Bernard Lavallé.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Europe latine et Amérique latine (Paris) , en partenariat avec Centre de Recherche Interuniversitaire sur l'Amérique Latine (Paris) (equipe de recherche) depuis le 16-02-2011 .


  • Résumé

    Ce travail de recherche souhaite proposer une lecture de la situation politique et sociétale de la Bolivie en 2010, sous l’angle de la perspective éducative. Cette thèse veut proposer, à partir de l’éducation, une approche historique de l’évolution du modèle de société souhaité par les gouvernements successifs entre 1955 et 2010. En choisissant comme point de départ de notre étude la période du gouvernement du MNR de 1952, nous avançons d’une part l’hypothèse que les mesures politiques et éducatives de ce gouvernement marquent un tournant dans la volonté de l’Etat d’inclure toutes les composantes de la société en octroyant, à tous, des droits politiques et décisionnels renforcés par l’accès à l’alphabétisation à travers le système éducatif. D’autre part, ce travail émet l’hypothèse que la prise en compte des langues et des cultures indigènes au sein du système éducatif influe nettement sur la perception et sur l’écriture d’une histoire commune de la Bolivie. Les modèles de société successifs voulus par l’Etat entre 1955 et 2010 sont analysés à partir des mesures éducatives émises par trois gouvernements en 1955, 1994 et 2010. Ainsi, en se basant essentiellement sur l’analyse d’un corpus de textes législatifs, à savoir, le Code de l’Education de 1955, la Réforme éducative de 1994, la loi Avelino Siñani – Elizardo Pérez de 2010 et la Nouvelle Constitution de l’Etat Plurinational de 2009, cette étude s’attache à rendre compte du rôle primordial de l’école dans la construction d’un modèle de société et d’une histoire commune.

  • Titre traduit

    Indigenous languages and cultures in the education system of Bolivia : construction of a model of society and the writing of a common history (1955-2010)


  • Résumé

    This research offers a reading of the political and social situation of Bolivia in 2010 from the perspective of its education system. Based on the country’s education system, this study proposes a historical approach to understand the evolution of the social model implemented by successive governments between 1955 and 2010. Taking the 1952 MNR government period as the starting point, the conceptual framework of this research takes the hypothesis that the political and educational measures taken by this government marked a turning point and showed willingness to include all components of society, on the one hand, as well as to widen political and decisional rights by putting a significant literacy programme in place, on the other. Furthermore, the research draws the conclusion that including indigenous languages and cultures within the educational system has a clear influence on the perception and the writing of a common history of Bolivia. The study analyses successive models of society sought by governments between 1955 and 2010 from the educational measures issued by three governments in 1955, 1994 and 2010. The research is based on the analysis of a body of legislative texts: Code of Education of 1955, Education Reform of 1944, Avelino Siñani-Elizardo Perez Law of 2010 and New Constitution of the pluri-national state of 2009. The objective shows the primordial role played by the school in building a model of society and a common history.