Omertà mafieuse. evolution psychique, individuelle et collective, d'une structure perverse criminelle

par Caterina Pauchard (Albani)

Projet de thèse en Psychanalyse

Sous la direction de Mauricio Balsamo.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 03-03-2011 .


  • Résumé

    Dans les actes de procès à la mafia sicilienne, à aucun moment, les inculpés n'ont exprimé un repentir, un remord ou ne serait-ce qu'un doute. pourtant, les actions des mafieux sont en violente opposition avec la morale commune: assassiner, voler, corrompre, etc. quelles sont les dynamiques psychiques qui garantissent un tel contrôle sur les individus? quels sont les appuis qui permettent aux mafieux de vivre une telle «inversion des valeurs»? est-ce une forme de société archaïque qui s'adapte à la modernité? s'agit-il de structures psychiques universelles que l'on retrouve ailleurs? je crois que l'on peut proposer une réponse à travers ce que freud appelait le «roman familial» et que lacan reprendra sous le nom de «mythe individuel du névrosé». on peut avancer l'hypothèse que le fantasme se transforme en réalité dès que le mafieux quitte sa famille originelle pour entrer dans la famille mafieuse. toute élaboration symbolique devient alors impossible car le développement de la subjectivité reste figé. le mafieux construirait son surmoi à travers un «père» porteur d'une éthique «autre», ce qui justifierait la perpétuation de crimes comme «travail» et devoir. il y aurait donc un lien entre structure sociale archaïque et structure psychique arrêtée dans son développement. je me propose d'analyser les témoignages sur la vie et les règles mafieuses pour accéder à la façon dont un mafieux construit son roman familial et mettre ainsi en évidence l'importance des représentations qui rendent possible une adhésion sans faille à l'organisation criminelle


  • Pas de résumé disponible.