La notion de "partitions scéniques" des années 60 à aujourd'hui

par Garance Dor

Projet de thèse en Arts du spectacle

Sous la direction de Christophe Viart.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Arts : Pratiques et poétiques, Equipe de recherche, Laboratoire, Laboratoire (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    L'enjeu de cette thèse sera d'étudier la partition hors du champ musical, et ce depuis que ce terme renvoie à des réalités tangibles dans les domaines des arts de la scène comme des arts plastiques. Il s’agira plus particulièrement d’analyser la partition comme forme artistique en soi, de comprendre où et comment elle s'origine, quelles formes elle revêt dans l’espace contemporain et selon quels enjeux. En effet, si la partition a gagné le champ des arts du spectacle, elle est d’abord une notation qui, en tant que trace, inclut la potentielle activation de l'œuvre : elle s’adresse dès lors à un lecteur/spectateur devenant co-créateur de l’œuvre, en charge de son activation ou de son interprétation. De la sorte, on pourrait poser l’hypothèse que la partition, contenant l'œuvre qu'il faudra révéler, est à la fois trace et devenir. Nous aborderons notre sujet dans une perspective résolument interdisciplinaire. Notre hypothèse de travail est que l’évolution récente du théâtre vers la performance, et ce depuis les années 1960, a créé de manière concomitante un nouveau type de texte se dégageant des canons classiques de l‘écriture dramatique. Si le théâtre semble aujourd’hui s’être approprié la performance pour se mettre en quête du réel et s’écarter ainsi de tout artifice, il s’agit du côté des arts plastiques d’un mouvement inverse, d’un glissement vers le spectacle comme en témoigne par exemple la très récente exposition Tino Sehgal au Palais de Tokyo (2016), cette exposition n’étant pas faite d’objets mais de situations performatives et théâtrales. Empruntant son lexique à la musique, le théâtre devient alors poreux à différentes formes d’art qu’il revendique pour penser ses propres limites. Dans le même temps, la danse contemporaine se préoccupe de la partition comme archive mais également comme forme permettant le renouveau des pièces par leur transmission. Mon projet de thèse consistera donc à m'appuyer sur ma double compétence, mes connaissances de plasticienne étant à cet endroit utiles pour explorer le champ théâtral.


  • Pas de résumé disponible.