Les hommes victimes de maltraitance. Quand les discours s'emparent des corps et confisquent la parole. Enjeux cliniques, stratégiques, éthiques et politiques d'un autre mode de violence conjugale.

par Sophie Del Duca

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Alain Abelhauser.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Éducation, langages, interactions, cognition, clinique (Nantes) , en partenariat avec Ea 4050 (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Les dispositifs de soin créés spécifiquement à l’intention des hommes victimes de maltraitance font l'objet de nombreux débats : sont-ils nécessaires en regard des violences insoutenables faites aux femmes ? Quels sont les idéaux qui soutiennent l’émergence de ces nouvelles structures spécialisées ? Quels sont les effets d'un discours qui met en lumière la part de violence de certaines femmes, au moment où d'autres défient le pouvoir phallique et brisent l'omerta ? Nous pouvons en effet craindre que ces imaginaires politiques rétroagissent sur les hommes maltraités, au point de les priver d'un droit à la parole. Dès lors, comment saisir les logiques d’entrée de ceux qui s'inscrivent dans de tels dispositifs institutionnels ? Que viennent-ils convoquer chez une partenaire violente, et à partir de quels repères orienter notre travail thérapeutique, sans qu'il exerce, à son tour, une violence symbolique ? Face à ces interrogations, il nous a semblé intéressant de dégager, au départ des logiques féministes et masculinistes, le statut accordé à leurs souffrances, afin d’évaluer l'effet de ces discours et leurs éventuelles répercussions sur les dispositifs institutionnels. Ensuite, de nous interroger, à l'endroit des sujets, sur l'impact de ces discours qui les traversent, et sur la manière dont ils se les approprient, à l'aune de leurs positions subjectives. L’objet de notre thèse est de réintroduire, à l'écoute de la clinique, une perspective différentielle sensible aux inventions singulières de sujets masculins confrontés à la violence domestique, et critique quant aux assignations de genre du champ idéologique qui tendent à figer leur symptomatologie. Plus largement d'opérer une réflexion visant à éclairer les intérêts et enjeux cliniques, éthiques, stratégiques et politiques pour les acteurs de terrain quant à la mise en place de structures de soin spécifiques pour les hommes victimes de violence conjugale.


  • Pas de résumé disponible.