Psychanalyse au front : la position de l’analyste et les traces du trauma dans la clinique avec des migrants

par Ana Campos Gebrim

Thèse de doctorat en Sociologie, anthropologie, ethnologie


  • Résumé

    Depuis l’année 2010, un flux de nouvelles migrations vers le Brésil explique l’arrivée de populations de primo-arrivants (notamment des Congolais, Angolais, Syriens, Haïtiens). Ces nouvelles populations interrogent la clinique psychanalytique auprès des migrants. En effet, leur expérience de violence extrême et leur condition précaire les caractérisent et exigent un renouvellement des questionnements et des modalités d’intervention cliniques. A travers des réflexions sur la clinique avec des sujets migrants dans les institutions d'accueil de la ville de São Paulo, nous espérons contribuer à la réflexion sur ces nouvelles possibilités d'intervention. En partant de la notion de trauma comme une modalité de souffrance du sujet face à un événement vécu comme désastre, nous réfléchissons aux possibilités de conception de nouveaux éléments d'intervention clinique, ainsi qu’aux formes de positionnements analytiques dans la rencontre avec le migrant. Nous proposons une comparaison avec la prise en charge des migrants à Paris, France, où l’arrivée récente de migrants a également exigé la mise en place de nouveaux dispositifs cliniques. Ainsi, à partir de cas cliniques menés dans les deux villes, cette recherche propose de qualifier le traumatisme, puis l’impact opéré dans la prise en charge par les langues et les cultures, enfin les injonctions institutionnelles et les questions raciales et coloniales présentes tout au long de la trajectoire des migrants. En prenant comme objet la rencontre clinique entre les migrants nouvellement arrivés et le psychanalyste, nous essayerons de réfléchir aux possibilités d’intervention clinique dans des conditions extrêmes, capables de produire de nouvelles significations pour le sujet. Nous montrerons en quoi les différents positionnements de l'analyste sont au centre de nouveaux dispositifs de soin, puisque ce dernier peut être pris entre, d’une part, l’excès d'implication dans la souffrance du patient, et d’autre part, dans la distanciation nécessaire, qui produit alors des effets de désaveu pour le sujet. De cette manière, nous souhaitons contribuer à la pratique psychanalytique en contexte extrême, en particulier avec la population migrante et /ou exilée.


  • Résumé

    Starting from a steady flow of migrations to Brazil, initiated particularly since the year 2010, new populations, just arrived, began to question the psychoanalytic clinic with migrants. Coming from realities of extreme violence and precarious conditions, the experiences of the migrant subjects are marked by specificities that have been demanding new questionings. Through reflections on the clinic with migrants in host institutions and shelters in the city of São Paulo and in the city of Paris, we intend to establish theoretical contributions to elaborate new possibilities of clinical intervention, to elaborate on the analyst's position and on the vicissitudes of this encounter. Understanding the traumatic as a modality of suffering of the subject facing an event experienced as a disaster, we will think about the possibilities of making clinical elements of intervention, as well as the forms of support of analytical positions in the encounter with this migrant subject. Thus, in the clinical experiences conducted in the two cities mentioned above, both institutionally and in other situations, the research intends to reflect on the dimension of the traumatic, the differences of languages ​​and cultures, on the institutional injunctions and the racial and colonial issues present in the trajectories of migrants. Taking into account, therefore, the clinical encounter between the newly arrived migrant and the analyst, we will try to reflect on the possibilities of both clinical interventions under extreme conditions, capable of producing re-significations for the subject, and in the different possible positions for the analyst, who might be caught between the excess of implication in the suffering on the one hand and, on the other, the distance that produces denying effects for the subject. In this way, we intend to contribute with clinical and theoretical elements for the practice of psychoanalysis in extreme contexts, particularly with the migrant and / or refugee population.