Les conséquences d'un double codage sensoriel et linguistique sur la formation et la consolidation des souvenirs en mémoire visuelle à long terme

par Nicolas Tribout

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de André Didierjean.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec Laboratoire de Psychologie (laboratoire) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    La prédominance d'une pédagogie constructiviste, dans laquelle le nouveau savoir doit être intégré au réseau conceptuel de l'apprenant, et les nouvelles préconisations ministérielles, invitant à utiliser des supports visuels du type cartes mentales et à supprimer les devoirs à la maison, appellent un certain nombre de questions. Comment favoriser la mémorisation grâce à des supports visuels ? Comment consolider cette mémorisation dans le temps ? Sous quel format est stockée l'information ? Il existe un long débat sur la nature des images en mémoire visuelle à long terme (MVLT). Certains auteurs défendent la thèse d'un stockage analogique, quasi photographique (Farah, 1988 ; Shepard et Metzler, 1971 ; Kosslyn, Ball et Reiser, 1978) alors que d'autres, au contraire, soutiennent l'idée que seules les informations conceptuelles persisteraient en MVLT (Pylyshyn, 1973). Entre ces deux conceptions, la théorie du double codage postule que le stockage est à la fois visuel et verbal (Paivio, 1986). La plupart des modèles de la MVLT accordent aujourd'hui davantage de poids aux traits sémantiques plutôt que visuels dans la récupération des images en mémoire (Potter, 2012). Une étude que nous avons réalisée avec quarante-huit élèves (10 ans) a montré que l'information sémantique améliorait effectivement la mémorisation, mais que cet avantage disparaissait après trois semaines. En revanche, contrairement à la littérature, il s'est avéré que les souvenirs des images sans signification, nécessitant des expositions plus longues et répétées, étaient plus résistants dans le temps. Le projet de thèse vise à déterminer les conséquences d'un double codage, visuel et verbal, sur la formation et la consolidation des souvenirs en MLT. Plus précisément, il s'agira d'interroger les conséquences de double codage dans la mémorisation d'images signifiantes et non signifiantes. Nous évaluerons également comment ces souvenirs évoluent dans le temps (jusqu'à six semaines). L'ensemble des recherches seront conduites auprès d'adultes et/ou auprès d'enfants. Ces expérimentations consisteront à faire mémoriser des images signifiantes ou non signifiantes encodées de manière visuelle et verbale. Il s'agira, entre autres, d'observer les conséquences de la verbalisation d'une image non signifiante grâce à un mot choisi par le sujet par rapport à un mot imposé. Le contenu des souvenirs sera examiné après des délais variables (jusqu'à six semaines) à l'aide de tests directs (tâches de reconnaissance permettant d'évaluer la mémoire explicite). Les résultats obtenus devraient non seulement enrichir les modèles théoriques portant sur la mémoire à long terme, mais aussi présenter un intérêt plus appliqué. En effet, les recherches envisageant la possibilité d'un double codage, sensoriel et linguistique, offrent une piste de réflexion ne ce qui concerne le rôle du langage dans les apprentissages scolaires. Elle pourrait permettre de favoriser, de manière qualitative et quantitative, la mémorisation des traces écrites réalisées en classe, notamment à travers d'outils associant images, concept et verbalisation (par exemple les cartes heuristiques).

  • Titre traduit

    The consequences of dual sensory and linguistic coding on the formation and consolidation of memories in long-term visual memory


  • Résumé

    The predominance of constructivist pedagogy, in which new knowledge must be integrated into the learner's conceptual network, and new ministerial recommendations, inviting the use of visual aids such as mental maps and the removal of homework, raise a number of questions. How to promote memorization through visual aids? How to consolidate this memorization over time? In what format is the information stored? There is a long debate about the nature of images in long-term visual memory (LVLM). Some authors defend the thesis of analog, quasi-photographic storage (Farah, 1988; Shepard and Metzler, 1971; Kosslyn, Ball and Reiser, 1978) while others, on the contrary, support the idea that only conceptual information would persist in MVLT (Pylyshyn, 1973). Between these two conceptions, the theory of double coding postulates that storage is both visual and verbal (Paivio, 1986). Most SVM models now give more weight to semantic rather than visual features in the retrieval of images from memory (Potter, 2012). A study we conducted with forty-eight students (10 years old) showed that semantic information did improve memorization, but that this advantage disappeared after three weeks. On the other hand, unlike the literature, it turned out that the memories of meaningless images, requiring longer and repeated exposures, were more resistant over time. The thesis project aims to determine the consequences of double coding, visual and verbal, on the formation and consolidation of LTM memories. More specifically, the consequences of double coding in the storage of meaningful and non-significant images will be questioned. We will also evaluate how these memories evolve over time (up to six weeks). All research will be conducted with adults and/or children. These experiments will consist in memorizing meaningful or non-significant images encoded in a visual and verbal way. This will involve, among other things, observing the consequences of verbalizing an insignificant image using a word chosen by the subject in relation to an imposed word. The content of memories will be examined after varying delays (up to six weeks) using direct tests (recognition tasks to assess explicit memory). The results obtained should not only enrich theoretical models of long-term memory, but also be of more applied interest. Indeed, research exploring the possibility of double coding, sensory and linguistic, offers a way of thinking about the role of language in school learning. It could help to promote, in a qualitative and quantitative way, the memorization of written traces made in class, in particular through tools combining images, concept and verbalization (for example, mind maps).