Étude épistémologique et méthodologique des sons des flûtes anciennes

par Etienne Safa

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Martine Clouzot et de Stefan Wirth.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec ARTEHIS - ARchéologie, TErre, HIstoire, Sociétés (laboratoire) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Le son est la facette immatérielle des objets archéologiques. Difficile à aborder dans l'étude des civilisations passées, il a toujours été au coeur de nombreuses controverses méthodologiques et épistémologiques. Ainsi, malgré l'existence de quelques études sonores et catalogues sélectifs, le mobilier archéologique sifflant reste grandement méconnu et, surtout, ne dispose d'aucune méthode d'étude fiable et cohérente vis-à-vis de l'ensemble de ses caractéristiques (archéologiques, artisanales et sonores), et qui soit applicable à la variété des objets qu'il englobe. Il gagnerait beaucoup à bénéficier d'une large étude de corpus, ainsi que d'une réflexion approfondie sur la question de l'étude sonore dans le temps long et, de fait, sur ce que l'on pourrait qualifier de 'déonthologie archéomusicale'. Ce projet de recherche a donc pour objectif d'analyser en profondeur les spécificités acoustiques, matérielles et culturelles des instruments sifflants archéologiques et de leurs modes d'étude afin d'enquêter sur les phénomènes sous-jacents influençant les résultats, méthodes et procédés d'études employés aujourd'hui par les chercheurs. Il exige d'explorer une bibliographie vaste mais morcelée, dans laquelle les méthodes employées sont souvent différentes voire contradictoires selon les disciplines et les approches. Plusieurs cas d'études archéomusicologiques sont ainsi particulièrement intéressants à étudier, tant du point de vue archéologique que scientifique, théorique et sociologique ; ils le sont aussi tant vis-à-vis des objets eux-mêmes que des chercheurs qui les ont étudiés. C'est ainsi que certains objets se retrouvent parfois au coeur de différents débats où les différents chercheurs se disputent sur l'origine animale ou humaine des perforations, et donc sur leur nature d'écofact ou d'artefact. Cette situation, loin de ralentir la recherche, doit plutôt être considérée comme un vivier d'idées et de réflexions aussi bien scientifiques que théoriques, méthodologiques, musicales et artisanales, et dont les issues gagneraient grandement à être analysées et débattues. Cette recherche porte tout particulièrement sur la question de l'étude sonore des instruments archéologiques dans les sociétés et le temps long, ainsi que sur l'épistémologie appliquée à la recherche archéomusicale à travers les sciences cognitives et expérimentales. Dans la volonté d'explorer les particularités des flûtes et sifflets archéologiques, un terrain de recherche très particulier a été choisi : l'atelier de facture instrumentale d'un artisan français, facteur de flûtes et sifflets de tradition pastorale, grâce auquel il sera possible d'apprendre les bases d'un savoir-faire indispensable à la compréhension profonde de ces instruments sonores. Pour poursuivre ce chemin très particulier où artisanat et archéologie s'entremêlent, il se révêle nécessaire de placer cette recherche dans un cadre propice à de véritables rencontres entre artisans et chercheurs de toutes disciplines. Fort de constater que parler 'd'instruments de musique' est souvent délicat, il semble ici qu'il soit plus approprié et plus intéressant de parler 'd'archéologie sonore'. Axes de recherche : - Epistémologie de l'archéomusicologie - Sciences cognitives et expérimentales - Expérimentation des apports du savoir-faire artisanal à la recherche en archéologie sonore - Approche anthropologique, sociale et sonore des flûtes et sifflets archéologiques

  • Titre traduit

    Epistemological and methodological study of ancient flutes' sounds


  • Résumé

    The sound is the intangible aspect of archaeological artefacts. As it is difficult to reach when studying ancient civilisations, the sound has alays been in the middle of many methdological and epistemological debates. Thus, in spite of several frequency studies and selective catalogues, the archaeological whistling material remains poorly understood. Furthermore it misses a large and reliable study method regarding all of its distinctive features (archaeological features, craft-related features and sound features) that could be applied on every concerned objects. This whole kind of archaeological material could realy use both a large-corpus study and a detailed reflection about the sound studies in a diachronic approach. Those reflextions could lead to the exploration of new considerations regarding what we could call 'archaeomusicological ethics'. This research project intends to deeply analyse the acoustical, material and cultural specificities of whistling instruments as well as of their study processes in order to investigate on the underlying phenomenons involved in current researcher's results, methods and study processes. It requires to investigate in a large but divided bibliography in which studying methods are often different if not contradictory. Some examples reveal to be perfect illustrations of this state of affairs, and are thus even more interesting to study, whether if be from and archaeological, scientific, theorical or sociological point of view. In the same way, those studies are of interest regarding archaeological artefacts as well as researchers themselves. This is the way some objects become the center of attentions and the heart of debates regarding the animal or human origin of their perforations, and thus regarding their identification as artefacts or ecofacts. This situation, far from slowing down the research, should be considered as a breeding ground of ideas and thoughts, may they be related to science, theory, methodology, music or crafting. A breeding ground from which the comming-up ideas could spark a most important interest. This research focuses on the question of archaeological instrument's sound studies in ancient societies and with a diachronic approach, as well as on the epistomology applied on archaeomusicological research through cognitive and experimental sciences. In it's will to explore the defining features of archaeological flutes and whistles, this research is completed by a specific fieldwork consisting of a daily apprenticeship with a french craftsman (traditional flutemaker). Thanks to him, it will be possible to apply the acquierd know-how to this PhD work in order to gain a far more profound understanding of those sound instruments. In order to keep following this peculiar path on which carftsmanship and archaeology are intertwined, it is a necessity to put this research in an environment conducive to real meetings between craftsmen and researchers exercing in every concerned disciplines. Based on the observation that speeking of 'musical instruments' puts us often in thorny problems, it seems both more suitable and more interesting, in our opinion, to speek about 'Sound-archaeology'. Lines of researches : - Epistemology of archaeomusicology - Cognitive and experimental sciences - Trial of the know-how inputs to the sound-archaeology research - Anthropological, social and sound approach of archaeological flutes and whistles.