Les manuels de dessin dans l'Europe moderne (1550-1680) : entre outils d'apprentissage et traités théoriques

par Jacopo Ranzani

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Olivier Bonfait et de Ulrich Pfisterer.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté en cotutelle avec l'Université Ludwig Maximilian de Munich , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec Laboratoire Interdisciplinaire de Recherches 'Sociétés, Sensibilités, Soin' (laboratoire) depuis le 02-10-2017 .


  • Résumé

    Entre le XVIe et le XVIIe siècle, on assiste en Europe à la diffusion des premiers manuels pour apprendre à dessiner. Partant de petits détails du visage et du corps pour arriver à des figures plus complexes, ces livres proposaient une méthodologie progressive qui aidait l'artiste dans son processus d'apprentissage. Les modèles de ces manuels, souvent fournis directement par des artistes contemporains, sont parfois inspirés par des œuvres de maîtres célèbres du passé. L'histoire et la fortune de ces livres sont particulièrement intéressantes, car ils ont été publiés pour la première fois à une époque où la formation au dessin est encore prise entre la pratique en atelier et l'enseignement académique. Cette thèse vise à étudier l'évolution de ces manuels (les précédents allemands avant 1550, les premiers prototypes manuscrits italiens dans la seconde moitié du XVIe siècle, la diffusion européenne vers 1600, puis leur âge d'or au XVIIe siècle) en relation avec l'histoire des pratiques d'apprentissage du dessin de l'époque. Après une étude de ces livres en tant que genre et un examen de leurs structures et de leurs usages, cette thèse permettra également une nouvelle réflexion théorique sur la place du dessin en Europe entre 1550 et 1680. Ce projet se caractérise ainsi par un intérêt marqué pour l'interaction de l'histoire de l'art avec d'autres disciplines telles que l'histoire culturelle, économique et sociale. En questionnant les transferts culturels d'un point de vue géographique, chronologique et épistémologique, cette thèse vise à éclairer les liens entre l'histoire du livre, de la gravure et du dessin, et l'histoire de l'apprentissage technique dans l'Europe moderne, afin de mieux comprendre la construction des nouvelles pratiques artistiques. En effet, ces livres montrent la mise en place du processus de formation au dessin non seulement comme élément de représentation visuelle, mais aussi comme une opportunité de regarder différemment le monde et d'en connaître davantage.

  • Titre traduit

    Drawing Manuals in early modern Europe (1550-1680) : between learning tools and theoretical treatises


  • Résumé

    In the 16th and 17th centuries, the first drawing manuals were published in Europe. Starting from small details of the face and the body and moving to more complex figures, these books proposed a progressive methodology that helped the artist in their learning process. The models of these manuals, frequently provided directly by contemporary artists, are sometimes inspired by artworks of famous masters from the past. The history and the fortune of these books are particularly interesting because they were first published at a time when the drawing training is still caught between workshop practice and academic teaching. This thesis aims to study the evolution of these handbooks (the German precedents before 1550, the first Italian manuscript prototypes in the second half of the 16th century, the European diffusion around 1600, then their golden age in the 17th century) in relation to the history of drawing learning practices of the time. After a study of these books as a genre and an examination of their structures and their uses, this thesis will allow a new theoretical reflection on the place of drawing in Europe between 1550 and 1680. This project is also characterized by a marked interest in the interaction of art history with other disciplines such as cultural, economic and social history. By questioning cultural transfers from a geographical, chronological and epistemological point of view, this thesis aims to enlighten the links between the history of books, engraving and drawing, and the history of technical learning in modern Europe, in order to better understand the construction of new artistic practices. In fact, these books show the setting up of the drawing training process not only as an element of visual representation but also as an opportunity to look at the world in a different way and to learn more about it.