Empowerment : une approche info-communicationnelle des dispositifs numériques dits "collaboratifs" à l'heure du développement durable.

par Nicolas Peirot

Projet de thèse en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Olivier Galibert.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de École doctorale Lettres, Communication, Langues, Arts (Dijon ; Besançon ; 2017-....) , en partenariat avec Communications, Médiations, Organisations, Savoirs (laboratoire) depuis le 13-11-2014 .


  • Résumé

    Face aux enjeux environnementaux, différentes voix affirment aujourd'hui aujourd'hui, tant dans les discours militants, institutionnels que marketing et managériaux, la nécessaire participation de chacun au défi global qui se présente. Dans ce contexte, la notion d'empowerment est régulièrement convoquée comme un processus permettant de répondre à cette recherche de l'implication de tous. Le terme d'empowerment demeure pourtant ambigu tant il est mobilisé dans des domaines, par des acteurs et selon des finalités différentes depuis les années 1960. A ce titre, l'empowerment collaboratif écologique nous apparaît comme une déclinaison particulière de ce terme à l'heure d'une massification des usages du web dit « 2.0 ». En effet, de nouvelles formes d'organisation collaborative, qu'il s'agisse d'économie collaborative ou encore de technologies civiques, revendiquent à différents niveaux, de donner plus de pouvoir aux consommateurs et aux citoyens dans la transition vers une société plus durable. Elles s'inscrivent dans une dynamique d'association de plus en plus forte entre écologie et technologies numériques, dans le sens où ces dernières sont appréhendées comme des solutions permettant l'optimisation de différentes ressources, processus économiques, politiques, sociaux. Cependant, l'empowerment écologique des utilisateurs, notamment au sein de communautés en ligne, semble à première vue relativement spécifique. D'une part parce qu'il s'agit de pratiques d'empowerment se référant à un idéal communautaire dans le cadre organisé de plateformes proposant une intermédiation économique ou politique en premier ressort. Dès lors comment l'enjeu environnemental est-il intégré au service ? D'autre part, il s'agit de pratiques d'empowerment spécifiques parce qu'elles reposent sur une « collaboration » animée, encouragée et gérée. Ainsi, le rôle du community manager apparaît central non seulement pour assurer l'efficacité du service, qui repose sur l'existence d'utilisateurs actifs, fidèles et respectueux des normes de la mise en relation, mais aussi pour la gestion de la problématisation écologique proposée par la plateforme. Le community manager tendra ainsi à gérer à la fois la communication verte de la plateforme mais aussi à animer et modérer des groupes d'utilisateurs échangeant autour de ces sujets.

  • Titre traduit

    Empowerment : an informational and communicational approach of "collaborative" digital devices in a time of sustainable development


  • Résumé

    To deal with environmental issues, different voices are affirming, as much in the militant, institutional, marketing and managerial discourses, the necessary participation of each of us to the global challenge. In this context, the notion of empowerment regularly appears as a process able to answer to this search of involvement. The empowerment word remains ambiguous as it is mobilized in areas, by actors and for different purposes since the 1960s. Thus, "collaborative ecological empowerment" appears to us as a particular declension of this concept in a time of massification of web 2.0 uses. Therefore, new forms of collaborative organizations, like "collaborative economy" or "civic technologies", are claiming at different levels, to give more "power" to consumers and citizens in the transition towards a more sustainable society. These platforms are developing in as the link between ecology and digital technologies grows, in the sense that these platforms are understood as solution allowing the optimization of different resources, economic, political and social processes. However, the ecological empowerment of users, especially in online communities, seems at first sight relatively specific. On the one hand these empowerment practices are referring to an ideal of the community in an organized context with platforms offering economic or political intermediation in the first instance. Thus, how is the environmental issue integrated into the service? On the other hand, these empowerment practices are specific because they rely on an encouraged and managed "collaboration". Therefore, the community managers' role appears central not only to ensure the efficiency of the service, which is based on the existence of active users, loyal and respectful of the standards of networking, but also to manage the ecological problematization proposed by the platform. Community managers will tend to manage at the same time the plateforms “green communication” but also to bring to life and to moderate users' groups discussing around these topics.