L'appropriation des folklores dans la littérature et ses illustrations françaises et anglaises au XIXe siècle

par Patricia Pereira De Matos

Projet de thèse en Littérature comparée

Sous la direction de Henri Garric.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de École doctorale Lettres, Communication, Langues, Arts , en partenariat avec CPTC - Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures (laboratoire) depuis le 26-10-2017 .


  • Résumé

    Le folklore du Royaume-Uni et de celui de la France possède des similitudes, mais l'écriture ou la manière d'aborder l'histoire des personnages diverge. Les contes de Perrault, les créatures mythiques, ou les Chevaliers de la Table Ronde de Chrétien de Troyes, sont des visions différentes de celles des auteurs britanniques et écossais. Bien que l'histoire des personnages ne soit pas complètement réécrite, des différences majeures subsistent entre l'appropriation de l'œuvre par les deux cultures. Il serait intéressant de comprendre le pourquoi dans une analyse littéraire approfondie, sur les textes en langue d'origine. Est-ce une mauvaise traduction des textes ? Cela a-t-il une importance dans un contexte culturel ? Mes lectures concernant les divergences entre ces deux folklores m'ont influencé quant à mon projet de thèse. Je me suis finalement arrêtée sur « L'appropriation des folklores dans la littérature et la peinture française et anglaise au XIXe siècle » dans le cadre de mon doctorat en Littérature comparée. Ayant toujours été passionnée de culture celtique et britannique, et ayant été bercée par les légendes françaises, ce sujet était une évidence pour moi. Mon attrait pour cette lecture comparée est davantage porté par les personnages féminins, sa représentation mettant en avant un questionnement culturel et sociologique, selon les termes utilisés dans les œuvres littéraires (adjectifs, verbes… la définissant). Une étude comparée des folklores du Royaume-Uni et de France permettrait de mettre en avant la place de la femme (image « populaire »). Pour ce faire, je souhaiterais m'appuyer sur certains axes d'étude dans la littérature irlando-britannique et française : - La sorcellerie - Les créatures fantastiques - Les symboles Les peintres du XIXe siècle semblent s'être intéressés aux personnages féminins du folklore et affirment leurs positions sur la femme et la vision du folklore dans leurs toiles, ou illustrations. Par exemple, les Préraphaélites ont représenté des scènes folkloriques autant françaises qu'irlando-britanniques. La peinture sera un appui supplémentaire pour mettre en évidence mes recherches sur la comparaison entre ces folklores, sans que celle-ci ne prenne le pas sur la littérature. Il s'agira de voir ce que les peintres de cette époque ont su relever des textes et ce qu'ils ont choisi de mettre en avant dans leurs œuvres : la perception du Royaume-Uni ou de la France ? Cela permettra de mettre en avant mes conclusions sur la littérature comparée et voir comment les peintres de cette époque ont choisi de représenter le folklore. Grâce à mes nombreuses lectures et documentations déjà établies grâce à mon master, où je travaillais sur la sublimation de la mort (1ère année) et la sorcellerie (2ème année), m'a permis d'effleurer le sujet du folklore anglo-saxon, comme français. L'ouvrage de Marie-Louise Von Franz (« La Femme dans les contes de fées ») a été une réelle inspiration pour moi lors de ma recherche de projet de thèse de par son approche et son questionnement autour de la théorie des genres, tout en restant sur l'analyse littéraire pure. Je souhaite me servir du folklore celtique et britannique et le comparer au français pour mettre en avant l'image de la femme. Cette image devient un miroir de ce que la société perçoit comme féminité et ses attentes face au sexe féminin, me permettant de mettre en avant la théorie des genres. Il s'agirait donc de mettre en avant une intonation sociologique et ethnologique, en analysant les faits historiques et d'actualité au travers de l'art littéraire et pictural.

  • Titre traduit

    Folktales appropriation in French and English liteature and its illustrations in the XIXth century


  • Résumé

    The folktales of the United Kingdom and France possesses similarities, but the writing or the method of approach the characters story diverges. The tales of Perrault, the mythical creatures, or the Knights of the Round Table of Chrétien de Troyes, are different visions from those of the British and Scottish authors. Although the characters story is not completely rewritten, major differences remain between the appropriations of the work by both cultures. It would be interesting to understand why in a thorough literary analysis, on texts in original language. Is it a bad translation of texts? Has it an importance in a cultural context? My readings concerning the differences between these two folktales influenced me as for my project of PhD. I finally choose "Folktales appropriation in French and English liteature and painting in the XIXth century". Having always been fascinated by Celtic and British culture, and having been rocked by the French legends, this subject was an obvious choice for me. My appeal for this compared reading is more worn by the feminine characters, her representation putting forward a cultural and sociological questioning, according to the terms used in the literary works (adjectives, verbs defining her). A compared study of the folklores of the United Kingdom and of France would allow to put forward the place of the woman ( her " popular " image). To do it, I would like to lean on certain axes of study in the British and French literature: - The witchcraft - The fantastic creatures - The symbols The painters of the XIXth century seem to have been interested in the folktales feminine characters and assert their positions on the woman and the vision of the folktales in their paintings, or illustrations. For example, the Pre-Raphaelites represented folk scenes as the French's vision as the British one. The painting will be an additional support to highlight my researches on the comparison between these folktales, without this one overrides the literature. It will be a question of seeing what the painters of this period saw those texts and what they chose to put forward in their works: the perception of the United Kingdom or France? It will allow to put forward my conclusions on the compared literature and to see how the painters of this time chose to represent the folktales. Thanks to my numerous readings and documentations already established because of my Master's degree, where I worked on the sublimation of the death ( 1st year) and witchcraft ( 2nd year), allowed me to brush the subject of the Anglo-Saxon folktales, as the French one. Marie - Louise Von Franz's work (" La Femme dans les contes de fées ") was a real inspiration for me during my research for PhD project due to her approach and her questioning around the gender theory. I wish to use the Celtic and British folktales to compare it with French one to put forward the woman's image. This image becomes a mirror of what society perceives as femininity and its expectations in front of female genital organ, allowing me to put forward the gender theory. It would thus be a question of putting forward a sociological and ethnological intonation, by analyzing the historic facts and the current events through the literary and pictorial art.